/sports/homepage

Le Canadien élimine les Penguins

Jonathan Bernier | Le Journal de Montréal

Les fidèles de l’émission Le Défi mini-putt se souviendront qu’un jour, le légendaire Serge Vleminckx s’est écrié : «Par en arrière! C’est bon!» Une réplique dont pourraient très bien se servir les joueurs du Canadien.

Dernière équipe qualifiée pour les séries éliminatoires, le Tricolore accusait 15 points de retard sur les Penguins de Pittsburgh lorsque les activités de la LNH ont été suspendues. Plusieurs doutaient que cette formation, classée 24e, méritât vraiment d’être invitée à la ronde de qualification.

Quatre matchs plus tard, forte d’un gain de 2 à 0, la troupe de Claude Julien a causé la surprise de cette première semaine d’activités.

Des buts d’Artturi Lehkonen et de Shea Weber, jumelés à 22 arrêts de Carey Price, ont envoyé Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Kristopher Letang et leurs coéquipiers en vacances.

Histoire de donner un électro-choc à sa troupe, Mike Sullivan avait dépêché Tristan Jarry devant le filet. Difficile de dire si la présence d’un gardien sans expérience a gelé les joueurs des Penguins, mais ceux-ci ont démontré bien peu de conviction.

Faisant face à l’élimination, ils donnaient l’impression d’avoir peur de commettre une erreur coûteuse. Les percées en zone du Canadien ont été plutôt rares. Toutefois, donnons le crédit aux hommes de Julien qui ont disputé un match pratiquement sans faille.

Sixième blanchissage

Price, pour qui il s’agissait du sixième jeu blanc de sa carrière en séries éliminatoires, n’a pas réellement eu à se surpasser. Il a entendu les poteaux résonner deux fois, mais il a vu pratiquement tous les tirs que les Penguins ont dirigés vers lui. Weber et Ben Chiarot, entre autres, se sont assurés de faire le ménage devant son demi-cercle.

D’ailleurs, Patric Hornqvist doit avoir quelques ecchymoses dans le bas du dos ce matin. Le Suédois peut se consoler. Il aura quatre mois pour guérir.

De son côté, le CH affrontera le gagnant du duel entre les Flyers de Philadelphie et le Lightning de Tampa Bay, prévu aujourd’hui. Le premier tour officiel des séries devrait se mettre en branle mardi.

Ce qu’on a remarqué...

Kotkaniemi sort ses épaules

Il n’y a aucun doute que cette série fera grandir les jeunes joueurs du Canadien. Si Nick Suzuki s’est illustré en attaque et dans les missions défensives, Jesperi Kotkaniemi a démontré qu’il ne se ferait plus intimider dans les coins de patinoire. Le grand Finlandais a terminé la série avec 19 mises en échec, dont huit vendredi. Au terme de cette rencontre, il pointait au deuxième rang du circuit.

Phillip Danault, un centre à succès

Mis à part lors du troisième match, l’attaque massive des Penguins a été atroce. Chapeau aux unités du Canadien, et spécialement aux joueurs de centre. Phillip Danault, avec 60% de réussite à court d’un homme, a été à l’origine de la grande inefficacité des Penguins. Ces derniers ont souvent dû retraiter dans leur territoire avant de pouvoir s’installer chez le Tricolore, perdant ainsi un temps précieux.

Crosby mécontent

Les succès de Danault dans les cercles de mises en jeu ont assurément contribué à faire monter le niveau de frustration de Sidney Crosby. Le capitaine des Penguins a maugréé une bonne partie de la rencontre. Il a été limité à deux tirs. Il a tout de même failli inscrire les Penguins au tableau, mais la rondelle a touché la barre transversale.

La troisième paire s’implique

Peu convaincants lors des trois premiers affrontements, Victor Mete et Xavier Ouellet ont été beaucoup plus solides vendredi. Leur tenue a permis à Claude Julien d’espacer les présences de ses trois premiers défenseurs à forces égales. Mete a même obtenu une occasion de marquer.