/news/law

L’homme qui a publié l’adresse du Dr Arruda remis en liberté

Claudia Berthiaume | Le Journal de Montréal

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

L’homme accusé d’avoir harcelé et intimidé le Dr Horacio Arruda en divulguant son adresse sur les réseaux sociaux a été remis en liberté vendredi, à condition d’éviter de mettre les pieds dans les Laurentides.

• À lire aussi: Un homme de Drummondville arrêté pour des menaces envers Arruda

• À lire aussi: Un homme arrêté pour menaces de mort envers Legault et Arruda

Arrêté jeudi soir dans sa résidence de Saint-Majorique-de-Grantham, dans le Centre-du-Québec, Sylvain Marcoux a comparu au palais de justice de Saint-Jérôme vendredi après-midi.

D’après la dénonciation, dont Le Journal a obtenu copie, l’homme de 45 ans est inculpé de deux chefs de harcèlement criminel envers le directeur national de Santé publique et sa famille.

Celui qui s’affiche ouvertement comme étant nationaliste fait aussi face à une accusation plus rare d’intimidation.

En d’autres termes, on lui reproche d’avoir menacé d’utiliser la violence envers le Dr Arruda, afin que ce dernier s’abstienne de prendre des décisions quant à la pandémie de COVID-19.

Ce sont des publications de Marcoux sur le réseau social Facebook, en juillet et août, dans lesquels il partageait l’adresse de la résidence et le numéro de téléphone du directeur national de Santé publique, en incitant à aller l’insulter et à cogner à ses fenêtres, qui lui a valu ce passage devant la justice.

Horacio Arruda avait porté plainte à la police lorsqu’il en a été informé.

Invité à réagir à l’arrestation de Marcoux vendredi, alors qu’il était de passage dans la métropole pour un point de presse, le Dr Arruda a tenu à lancer un message clair à tous ceux qui seraient tentés de l’imiter. 

« Je m’adresse à ceux qui utilisent ces médias : faites attention à ce que vous écrivez. On a le droit d’exprimer notre opinion différente, mais pas dans la violence », a-t-il déclaré.

« Ça m’inquiétait surtout pour ma conjointe qui vit là où je vis. On ne peut pas écrire n’importe quoi sur les réseaux sociaux », a-t-il poursuivi.

Horacio Arruda et sa famille devraient désormais pouvoir dormir tranquilles, même si Me Steve Baribeau, de la Couronne, n’a pas requis la détention de Marcoux vendredi.

Fini Facebook

En effet, ce dernier a pu recouvrer sa liberté, mais il lui sera interdit de se trouver dans le district judiciaire de Terrebonne, sauf pour y rencontrer son avocat. 

Cela comprend 58 villes des Laurentides, où pourrait résider le Dr Arruda.

Marcoux doit également s’abstenir d’utiliser les réseaux sociaux et de contacter le directeur national de Santé publique. 

« On nie toute intention criminelle en lien avec les accusations. Ça va être au cœur du débat », a commenté son avocat, Me Olivier Morin.

- Avec Guillaume Cyr, Agence QMI