/finance/homepage

Surtaxe sur l'aluminium: vives réactions sur la Côte-Nord

André Normandeau | TVA Nouvelles

L’annonce par l’administration américaine de l’imposition d’une surtaxe de 10 % sur l’aluminium canadien suscite de vives réactions sur la Côte-Nord.

• À lire aussi: Tarifs sur l'aluminium : le Canada répliquera «dollar pour dollar»

• À lire aussi: Aluminium: «des retombées négatives des deux côtés de la frontière», estime Québec

• À lire aussi: Tarifs sur l'aluminium: les syndicats montent au créneau

La direction d’Alcoa Canada, qui exploite une aluminerie à Baie-Comeau, est déçue de cette décision qui perturbera les marchés selon elle.

De son côté, le président du syndicat de l’usine de Baie-Comeau en a assez de cette incertitude qui plane année après année. C’est la deuxième fois que ces frais douaniers sont imposés à la production canadienne d’aluminium. Ils avaient été levés en mai 2019 après avoir été en vigueur pendant un an.

«Ça devient fatiguant de toujours avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête à répétition depuis le début du mandat du président Trump, mentionne Michel Desbiens. D’autant plus que ce qu’il veut faire, ça n’a aucune utilité. Il n’y a pas assez s’aluminium aux États-Unis pour fournir les usines de productions, donc, il va faire mal à ses travailleurs en faisant ça. On demande au gouvernement du Canada une réplique rapide. Cette fois, il faut arrêter de faire rire de nous, c’est assez.»

Pour sa part, le député de René-Lévesque espère une réponse forte d’Ottawa.

«Encore une fois, le bras patriotique des Américains veut démontrer qu’ils sont les plus forts dans cette guerre commerciale, mais c’est le moment pour le Canada et le Québec de démontrer qu’on tient à notre industrie, qu’on tient à nos travailleurs avec des contre-mesures fortes», lance Martin Ouellet.

Le maire de Baie-Comeau dénonce ce geste à quelques mois des élections américaines.

«On sent que l’économie veut repartir et là Donald Trump nous nuit et se nuit à lui-même, dénonce Yves Montigny. Les tarifs de 10 %, il y a des gens qui vont payer pour ça. Si ce n’est pas le producteur, ça peut être le client. Alors, il va y avoir des répercussions mauvaises à la fois pour Baie-Comeau, mais pour le Québec et les Américains.»

L’aluminerie Alcoa à Baie-Comeau fait travailler 850 personnes.

À elle seule, la Côte-Nord compte deux des neuf usines en service au Canada, soit celle d’Alcoa, ainsi que l’Aluminerie Alouette, à Sept-Îles.

Dans la même catégorie