/news/law

Une entente avant le procès d'Éric Lapointe?

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

FEQ Eric Lapointe

Photo d'archives, Simon Clark

Le procès pour voies de fait du chanteur Éric Lapointe est toujours prévu pour octobre prochain, mais il n’est pas impossible qu’une entente soit conclue pour clore le dossier criminel. 

• À lire aussi: Éric Lapointe revient devant le tribunal

«En défense, nous faisons un bon bout de chemin pour en arriver à quelque chose qui soit satisfaisant autant pour la plaignante que pour notre client, a indiqué vendredi Me Jacklin Turcot. J’ai bon espoir d’en arriver à quelque chose.»

Le dossier de l’artiste de 50 ans revenait à la Cour municipale de Montréal, alors que deux audiences étaient prévues : l’une pour comparaitre pour une accusation de bris de condition et l’autre pour des requêtes préliminaires en vue du procès. Le chanteur n’était pas présent, tel qu’il en a le droit.

Les journalistes n’ont pas pu assister à la deuxième en raison d’un changement à l’horaire qui n’a pas été annoncé. Le Journal a tout de même pu écouter l’enregistrement audio de l’audience. 

«On essaie de se parler de façon proactive et pour vraiment arriver prêt au moment du procès ou avec une autre issue dans le dossier», a de son côté indiqué la procureure Christine Plourde, devant le juge Steeve Larivière. 

Ces informations n’ont pas surpris le magistrat, qui a rappelé que «la partie défenderesse a déjà exprimé sa volonté et son intérêt à régler le dossier». 

Toutefois, il n’a pas été précisé qu’un règlement du dossier mènerait à un plaidoyer de culpabilité de la part d’Éric Lapointe.

Pas de requête  

La défense a indiqué vendredi qu’elle renonçait finalement à déposer des requêtes préliminaires avant le procès. 

«[Éric Lapointe] serait venu aujourd’hui subir une tempête médiatique pour rien», a laissé entendre son avocat. 

L’une des requêtes qui avait été annoncée, mais qui n’a pas été plaidée, aurait eu pour but d’obtenir des déclarations qu’aurait faites la victime après la judiciarisation du dossier.

Vendredi, Me Turcot a aussi affirmé devant le juge Larivière qu’il n’a jamais eu «l’intention de demander à la cour qu’un procès se fasse en l’absence» d’Éric Lapointe, tel qu'il avait été rapporté. 

L’avocat de la défense a enregistré un plaidoyer de non-culpabilité pour son client concernant l’accusation de bris de condition. 

Selon l’acte dénonciation, le chanteur aurait communiqué le lendemain de Noël 2019 avec la plaignante au dossier, qu’on ne peut identifier en raison d’une ordonnance de non-publication, alors qu’il lui en était interdit. 

Le procès d’Éric Lapointe doit avoir lieu du 27 au 29 octobre prochain, où il doit répondre à une accusation de voies de fait. 

Rappelons que le 30 septembre 2019, le chanteur se serait disputé avec une femme lors de sa fête d'anniversaire. Lors de cette chicane, il l’aurait frappée, ce qui lui a valu cette accusation criminelle, par voie sommaire.