/finance/homepage

Alstom fera valoir «des évolutions négatives et non prévues» dans les négociations

Agence QMI

Alstom, le géant français du secteur ferroviaire, entend utiliser les dernières informations financières «négatives et non prévues» de Bombardier Transport dans ses discussions futures en vue de son acquisition.

En février dernier, Alstom avait confirmé son intérêt à acheter la division ferroviaire du groupe québécois Bombardier.

Ce lundi, dans un communiqué, Alstom a dit maintenir «sa forte conviction dans le rationnel stratégique de l’acquisition de Bombardier Transport», ajoutant qu’elle «est confiante dans sa capacité à rétablir à moyen terme la rentabilité et les performances commerciales des activités» de celle-ci.

Toutefois, l’entreprise française dit avoir examiné les derniers résultats financiers publiés par Bombardier la semaine passée qui soulignent, selon elle, «des évolutions négatives et non prévues quant à Bombardier Transport, laquelle fait face actuellement à des difficultés, notamment par rapport aux informations disponibles en amont de l’annonce, le 17 février 2020, de l’acquisition envisagée de Bombardier Transport par Alstom».

Les revenus de Bombardier Transport ont notamment reculé de 33% au deuxième trimestre terminé le 30 juin dernier, passant de 2,2 milliards $ US l’an dernier à 1,5 milliard $ US cette année. Au cours du deuxième trimestre, la division transport de Bombardier a en outre dû inscrire une charge additionnelle de 435 millions $ US. Cette charge, a précisé Bombardier la semaine dernière, est «liée en grande partie à des coûts additionnels d’ingénierie, de certification et de modifications associés à un certain nombre de projets en voie d’achèvement, principalement au Royaume-Uni et en Allemagne».

Lundi, Alstom a indiqué qu’elle «tiendra compte des conséquences de ces évolutions financières et opérationnelles lors des discussions à venir avec Bombardier inc., et qu'elle tiendra le marché informé, le cas échéant».