/news/law

Mort de Philippe Verreault à Stoneham: le jeune chauffard remis en liberté

Nicolas Saillant | Journal de Québec

Photo d'archives Agence QMI, Marc Vallières

Le conducteur de 25 ans accusé de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse causant la mort a été remis en liberté en échange de sévères conditions à respecter. 

• À lire aussi: Décès de Philippe Verreault à Stoneham: le conducteur arrêté

• À lire aussi: Un cri du cœur et une rue pour éviter un autre drame à Stoneham

• À lire aussi: Un piéton happé mortellement par une voiture

François Levasseur était de retour en cour lundi matin après avoir passé la fin de semaine au centre de détention de Québec. L’homme qui a été arrêté vendredi dernier fait face à trois chefs d’accusation de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort, et de conduite dangereuse causant la mort.   

Les événements qui lui sont reprochés sont survenus le 15 juillet dernier, alors que Philippe Verreault a été violemment frappé par le véhicule de Levasseur sur la 1re Avenue à Stoneham. La victime venait de sortir de la microbrasserie La Souche où il avait célébré son anniversaire.  

Philippe Verreault

Photo Facebook

Philippe Verreault

L’accusé a aussi été blessé dans l’accident et c’est de l’infirmerie qu’il a comparu lundi. La Couronne et la défense se sont entendues pour des conditions de remise en liberté.  

François Levasseur devra se conformer à un couvre-feu qu’il ne pourra transgresser seulement s’il a des suivis médicaux. Il lui est donc interdit de se rendre à La Souche, là où il travaillait et se trouvait dans les heures précédant le drame.  

Il lui est permis de demeurer à deux adresses, à Stoneham, son adresse principale, mais également à Amqui. Afin d’assurer ses conditions de remise en liberté, le père de l’accusé a consenti à verser une somme de 25 000$ sans dépôt, tandis que François Levasseur devra déposer 5000$ en garantie. 

Il lui est également interdit d’entrer en contact avec quatre amis de la victime et il lui est interdit de consommer de l’alcool ou de la drogue. Le jeune homme a des antécédents de conduite avec les facultés affaiblies en 2016, en plus d’avoir été arrêté pour ivresse sur la voie publique et d’avoir injurié un agent de la paix un mois avant l’accident. 

Il reviendra en cour en octobre.