/news/law

Pas de recours collectif contre le pasteur Guillot

Nicolas Saillant | Journal de Québec

Le pasteur Claude Guillot, accusé de sévices sur 6 enfants,

Photo d'archives

Deux des présumées victimes de Claude Guillot ont échoué dans leur tentative d’initier une action collective de 4 M$ contre le pasteur. 

• À lire aussi: Demande d’autorisation d’une action collective de 4 M$ contre Guillot

• À lire aussi: Le Seigneur a «le contrôle total de ma vie»

• À lire aussi: Guillot limite ses liens avec le monde extérieur

Déjà accusé au criminel de sévices physiques et psychologiques à l’endroit de six garçons, le pasteur baptiste Claude Guillot faisait l’objet d’une poursuite civile initiée en septembre dernier.

Deux de ses présumées victimes au procès criminel avaient déposé une action collective de 4 M$. 

Or, la Cour supérieure estime qu’une action collective n’est pas indiquée dans ce cas précis.

« Bien que la situation vécue par les personnes visées mérite toute compassion [...] elles ne peuvent être autorisées à exercer l’action collective envisagée », indique la juge Johanne April. 

« Les conditions nécessaires à l’exercice d’un tel recours ne sont pas remplies », poursuit-elle.

Le pasteur Guillot, son Église évangélique baptiste de Québec-Est, l’Église baptiste de Victoriaville et l’Association des Églises baptistes évangéliques au Québec étaient aussi visés par la procédure.

Les deux instigateurs de l’action collective dénoncent des « agressions physiques systématiques et répétées » de la part de Guillot, qui avait autorité sur eux.

Des coups à l’aide d’une palette de bois auraient été donnés par le pasteur aux jeunes. 

L’un des plaignants reproche également du harcèlement sexuel de la part de Guillot.

Mais selon le tribunal, « il y a absence de questions communes à l’égard des défendeurs », ce qui empêche l’autorisation d’une action collective. 

Poursuites individuelles

La juge cite notamment le débat de Gilbert Rozon contre les Courageuses, où une action collective a été refusée sous le même principe d’une question commune, soit « des gestes reprochés et des dommages propres à chaque personne » pour expliquer sa décision.

Une poursuite civile individuelle pourrait cependant être entamée par les demandeurs.

Toujours en cours

Le procès criminel de Claude Guillot n’est toujours pas terminé malgré plus de 50 jours d’audition depuis son arrestation, en décembre 2015. Il reviendra en cour le 30 octobre prochain.