/finance/homepage

Un été à oublier pour plusieurs fruits et légumes

Hugo Duchaine | Journal de Montréal

Après les asperges et les laitues, ce sont les récoltes de concombres, de brocolis et de choux-fleurs qui sont maintenant menacées par le manque de main-d’œuvre dans les champs.

« Les problèmes ont évolué avec la pandémie », souligne Marcel Groleau de l’Union des producteurs agricoles (UPA). 

• À lire aussi: 100 000$ de concombres abandonnés aux champs

Il mentionne d’abord la fermeture des frontières qui a empêché l’arrivée de travailleurs, les délais administratifs causés par le télétravail des fonctionnaires et la COVID-19 qui prend de l’ampleur en Amérique latine.

Selon lui, il n’y a pas non plus de main-d’œuvre locale. 

« Les gens préfèrent la PCU [Prestation canadienne d’urgence] plutôt que d’aller travailler dans les champs », soutient-il.

Voici quelques fruits et légumes victimes de la pandémie et de la pénurie d’employés.

Laitue  

En juillet, un des plus gros producteurs de laitue du Québec à Saint-Rémi, en Montérégie, a été forcé de détruire son champ de laitue avec un tracteur parce que ses dizaines de travailleurs étrangers ne sont pas là pour la récolte. Clermont Riendeau, président du Potager Riendeau, estimait avoir dû faire une croix sur une récolte d’un demi-million de dollars.

Bleuets  

Un cultivateur de bleuets du quartier de Saint-Étienne-de-Lauzon à Lévis a ouvert ses champs à l’autocueillette gratuitement à la population, plutôt que de perdre sa récolte qu’il n’arrivait pas à cueillir sans employés.

Asperges  

En juin, plusieurs producteurs d’asperges du Québec ont dû essuyer des pertes, devant laisser de précieux légumes dans les champs. Par exemple, la ferme Primera, dans Lanaudière, estimait ses pertes à 200 000 $ plus tôt cet été puisqu’elle avait reçu environ la moitié moins de travailleurs étrangers.

Pommes  

Le président de l’UPA craint désormais pour les récoltes de pommes à la fin de l’été et au début de l’automne. 

« [Les producteurs] s’attendent à un déficit important de main-d’œuvre provenant de l’étranger [...]. Ils sont très inquiets », fait valoir Marcel Groleau.