/news/world

Une majorité de pays favorables au contrôle des robots tueurs

AFP

GERMANY-POLITICS-WEAPONS-DEMO

archives, AFP

Une majorité de pays sont désormais favorables à une réglementation internationale sur les armes autonomes, également appelées «robots tueurs», a affirmé lundi Human Rights Watch, en publiant un rapport sur les positions en la matière de 97 pays.

• À lire aussi: Le rôle d'Amazon et Microsoft dans le développement des armes autonomes montré du doigt

• À lire aussi: Thales appelle à interdire les «robots tueurs» équipés d'intelligence artificielle

«Chaque pays a le devoir de protéger l'humanité de ces évolutions dangereuses», a estimé Mary Wareham, directrice du plaidoyer auprès de la division Armes de HRW et coordinatrice de la Campagne contre les robots tueurs, ces systèmes d'armement automatisés capables d'identifier et d'éliminer des cibles sans qu'une action humaine soit nécessaire.

«Placer l'usage de la force hors de tout contrôle humain est désormais largement considéré comme une grave menace pour l'humanité qui mérite une action préventive multilatérale urgente», a plaidé la responsable.

Elle s'est félicitée d'un soutien croissant à l'interdiction de ces armes, comme le montre un rapport de l'organisation qui a examiné les positions de 97 pays: «La grande majorité d'entre eux considère que le maintien d'un contrôle et d'une prise de décision par des humains est une condition essentielle à l'acceptabilité et à la légalité internationale des systèmes d'armement».

«La plupart de ces pays ont exprimé le désir qu'un nouveau traité soit adopté imposant le maintien du contrôle humain sur l'usage de la force, dont 30 qui ont pris explicitement position en faveur d'une interdiction pure et simple des armes totalement autonomes», selon HRW.

Le rapport avait été préparé en vue d'une réunion de la Convention sur les armes classiques (CCAC) sur les robots tueurs qui devait s'ouvrir à l'ONU à Genève (Suisse) ce lundi, mais a été reportée à l'automne prochain.

Mais «la technologie progresse clairement alors que certains des efforts diplomatiques ralentissent», a regretté Steve Goose, directeur de la division Armes de HRW.

HWR déplore notamment qu'«un petit nombre de puissances militaires - notamment la Russie et les États-Unis - (aient) bloqué les progrès vers une réglementation, tout en investissant massivement dans les applications militaires de l'intelligence artificielle et en développant des systèmes d'armes autonomes aériennes, terrestres et maritimes».

Les décisions de la CCAC sont prises par consensus.

Depuis 2017, un groupe d'experts a défini, dans le cadre de la CCAC, 11 principes endossés par 121 pays, où revient constamment l'idée du maintien, en toutes circonstances, d'une forme de contrôle humain.

Dans la même catégorie