/regional/estduquebec/basstlaurent

Une route dangereuse pour les usagers au Bic fait réagir

Catherine Boucher | TVA Nouvelles

Le chemin du 3e-Rang-du-Bic, à Rimouski, était auparavant très populaire auprès des cyclistes, mais la route est maintenant très endommagée et jugée dangereuse, une situation que déplorent les résidents du secteur depuis plusieurs années.

La ville de Rimouski a amorcé des travaux de réfection le 25 mai dernier sur le Chemin des Chénard et le côté est du 3e-Rang-du-Bic. La partie ouest demeure quant à elle laissée pour compte.

«On brise nos véhicules, on paie un bon montant de taxes, il y a au moins 50 résidents sur notre rang, il faut que ça se fasse de notre côté aussi», a mentionné Raynald Roy, un résident du secteur.

Selon les dires du citoyen, la Ville de Rimouski lui aurait confirmé il y a deux ans la tenue d’une réfection complète d’un bout à l’autre du 3e-Rang-du-Bic en 2020. Cette même affirmation lui aurait été confirmée ce printemps.

Voyant que les travaux n’avaient lieu que sur la partie est du rang, M. Roy aurait communiqué avec le maire Marc Parent qui lui aurait alors dit que l’autre côté était actuellement jugé prioritaire puisqu’un plus grand nombre d’automobilistes circulent dans ce sens.

«Notre capacité de payer n’est pas infinie! On a donc commencé par la zone où il y a davantage de circulation», a expliqué le maire de Rimouski.

Une décision qui fait réagir

Repousser une partie des travaux de réhabilitation du réseau routier local suscite le mécontentement de la cinquantaine de résidents dans le secteur. Plusieurs se plaignent notamment de bris de voiture en raison de l’état lamentable des routes.

«Les gens qui restent dans le rang qui ont entre 150 000 et 200 000 de kilométrage, on voit que leurs pièces de suspension ont déjà des bris. Ce n'est pas normal! Les gens qui restent à Rimouski gardent leur suspension d'origine pendant vraiment longtemps, même chose pour la peinture d'origine», a dénoncé Raymond Joly, qui habite dans cette zone depuis plus de quarante ans.

«C’est inacceptable d’avoir un rang comme ça! On est des payeurs de taxes nous aussi et on mérite nous aussi que notre route soit praticable. On demande que le maire respecte ses engagements», a ajouté un autre résident, Gilbert Marquis.

Onéreux

Selon les explications du maire Marc Parent, les coûts de réfection d’une route comme le 3e rang du Bic sont dix fois plus dispendieux que les coûts de restructuration d’un chemin sur lequel il y a une bonne structure au préalable. En 2020, la ville de Rimouski a investi près de 12 millions $ pour la réfection des chemins.

«10 millions sont destinés spécifiquement aux chemins ruraux et 6,8 millions de ce 10 millions est mis directement au Bic», a précisé M. Parent.

Les citoyens souhaitent prendre les choses en main pour faire avancer le dossier et sécuriser leur rang. Une pétition circule actuellement pour que des travaux de réfection soient effectués à l’été 2021 sur la partie ouest du rang, comme prévu auparavant.

«Le secteur du Bic a été négligé par l'ancienne municipalité. Maintenant, on est en mode rattrapage. On va continuer à faire des demandes, on sait que le 3e-Rang-du-Bic est prioritaire. Si on réussit à avoir des sous l'an prochain, on va le faire», a promis le maire de Rimouski.