/finance/homepage

Des problèmes avec Air Canada dans l'Est-du-Québec

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Air Canada offre ces jours-ci d'alléchants rabais pour la reprise de sa liaison Sept-Îles-Montréal en septembre. Un billet aller-retour se vend 219 dollars.

Selon plusieurs élus de l'Est-du-Québec, il s'agit d'une tactique pour éliminer la concurrence qui s'organise pour prendre le relais du transporteur qui a fermé plusieurs liaisons régionales au début de l'été.

«C'est un petit peu la même technique qu'ils ont utilisé lorsqu'ils ont décidé de remettre sur pied une liaison pour l'été seulement aux Îles-de-la-Madeleine. Dès le moment où les gens ont commencé à réserver, bien les tarifs ont monté à 600, 800 et jusqu'à 1000$», explique Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine.

Plusieurs élus de l'Est-du-Québec ne sont pas surpris de cette tactique.

«Pendant les dernières décennies, à chaque fois qu'il y avait une concurrence qui se pointait le moindrement robuste, Air Canada coupait les prix, faisait tomber le concurrent et on repartait. Il n'y a aucune surprise, mais il est grand temps que l'on sorte de ce cercle vicieux», affirme le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier.

Le transporteur a abandonné plusieurs liaisons régionales au début de l'été. Des projets sont actuellement sur la table pour combler le vide laissé par le transporteur en région.

Des mémoires ont été déposées au groupe d'intervention sur le transport aérien mis sur pied par Québec.

«Il faut obtenir de la part du gouvernement fédéral et d'Air Canada un engagement à l'effet que l'on ne va pas continuer de perturber le marché comme celui-ci. Il y a des solutions intéressantes qui ont été déposées», ajoute M. Arseneau.

Le maire de Sept-Îles se montre favorable à un modèle de coopérative. La Ville a d'ailleurs déposé un mémoire au groupe d'intervention.

«Ça nous force à en discuter et à prendre des moyens de s'affranchir au niveau de l'aviation», précise M. Porlier.