/news/currentevents

Elles sont chanceuses d’être toujours en vie

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

Photo d'archives, Agence QMI

Deux Européennes arrivées depuis moins d’un an à Montréal se considèrent chanceuses d’être vivantes après avoir été blessées par un chauffard qui roulait à vive allure rue Sainte-Catherine, qui est réservée aux piétons. 

« Honnêtement, avec les dernières années, j’aurais pensé que ça aurait eu plus de chances de m’arriver en France qu’ici. Mais des fous furieux, il y en a partout visiblement », laisse tomber Elen Pras, encore sous le choc et souffrant d’une fracture à un pied. 

« C’est vraiment un miracle qu’il n’y ait pas eu de morts ou plus de blessés. C’était un malade qui voulait clairement tuer des gens », soutient son amie Adrianna Grzesiczak qui, elle, a été coupée à la hauteur du talon par des débris.

Les deux jeunes femmes marchaient avec deux autres amies sur la rue Sainte-Catherine, samedi, lorsqu’un véhicule a fait irruption derrière elles, détruisant du mobilier sur l’artère exclusivement réservée aux piétons. 

« J’ai entendu un gros bruit assourdissant. J’ai cru à un attentat. Je me suis retournée et j’ai juste eu le temps de me tasser de la trajectoire de la voiture. Après, j’ai dû être blessée par un débris », raconte Mme Pras, une designer graphique d’origine française de 23 ans, arrivée à Montréal depuis un peu moins d’un an. 

Après sa virée destructrice et son délit de fuite sur la rue piétonnière, Sami Mestiri a été arrêté par la Sûreté du Québec quelques heures plus tard, dans le secteur de Vaudreuil-Dorion, en Montérégie.

« Il a fait au moins trois intersections comme ça, il roulait vraiment vite. Il est passé à un mètre de moi, témoigne Isabelle Bernard. La sécurité devrait être revue pour ne plus que ça arrive. »

Kyrielle d’accusations

Le jeune homme de 22 ans fait face à huit chefs d’accusation, notamment agression armée avec un véhicule, voies de fait, conduite dangereuse causant des lésions corporelles, omission de s’arrêter à la suite d’un accident ayant entraîné des lésions corporelles et méfaits de plus de 5000 $. 

Celui-ci n’a toujours pas comparu au palais de justice de Montréal, se trouvant toujours à l’hôpital. 

« J’espère qu’il va perdre son permis. Cet homme ne peut plus se retrouver sur la route, c’est un danger public », conclut Mme Grzesiczak, 28 ans, qui habite la métropole québécoise depuis la mi-janvier.