/regional/montreal/montreal

Entente entre la Ville et BIXI: Les Montréalais devront payer davantage

Guillaume Pelletier | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

L’ajout de nombreux vélos électriques à la flotte de BIXI entraînera une hausse des coûts d’exploitation du service qui sera assumée par les contribuables montréalais.

En 2019, la Ville avait signé une entente avec l’organisme BIXI Montréal lui assurant une enveloppe de 46 millions $ sur dix ans.

Le montant alloué chaque année peut varier selon les besoins. Pour 2020, ce sont finalement quelque 4,2 millions $ qui seront versés à l’organisme (avant taxes), plutôt que les 3,8 millions $ projetés, puisque 1000 vélos électriques supplémentaires se sont ajoutés à la flotte.

Il semble donc qu'à long terme, l'argent prévu ne suffira pas. «Puisque l’ajout prévu d’autres équipements similaires en 2021 et 2022 aura aussi un impact sur la contribution financière estimée de la Ville au cours des prochaines années, des modifications à l’entente de gestion sont déjà envisagées et seront soumises sous peu aux instances décisionnelles pour approbation», peut-on lire dans un sommaire décisionnel approuvé par la Ville.

«Il est prématuré d’estimer comment évoluera la contribution financière de la Ville de Montréal au cours des prochaines années», a expliqué une porte-parole de la Ville de Montréal, Marilyne Laroche Corbeil. Cette dernière souligne que le système de vélo en libre-service prend de l'expansion chaque année, ce qui engendre des coûts supplémentaires d'entretien et de gestion qui ont un impact sur la contribution financière que la Ville verse à BIXI.

Du côté de BIXI, on mentionne que l’entente initiale avec la Ville de Montréal était basée sur une flotte de vélos standards. «Les sommes supplémentaires sont nécessaires à cause des coûts d’exploitation plus élevés pour une flotte électrique versus une flotte de vélos standards», a expliqué la porte-parole de BIXI Montréal, Bérengère Thériault.

Baisse de revenus

Par ailleurs, la pandémie a eu des impacts sur les finances de BIXI Montréal, qui prévoit des pertes financières de l'ordre de 2,2 millions $ pour l'année 2020, malgré une réduction des dépenses de 14%.

Les revenus totaux inscrits au budget 2020 sont de 9,6 millions $, une diminution de 31% par rapport à ceux qui figuraient au budget 2019. 

«Cette diminution s'explique, entre autres, par des revenus d'abonnements et d'utilisation à la baisse de 57%», peut-on lire dans le document présenté au comité exécutif de la Ville de Montréal au début du mois.

Les revenus de commandite ont pour leur part chuté de 71%, passant de 2,4 millions $ en 2019 à 700 000 $ en 2020.

C’est la Ville de Montréal qui devra combler le déficit d’exploitation de BIXI à partir de 2021, conformément à l’entente de gestion en vigueur.