/news/law

Fœtus retrouvé dans un conteneur : un psychiatre ne croit pas à la maladie mentale

TVA Nouvelles

La découverte d’un fœtus de 25 semaines dans un conteneur à ordures à Laval sème la consternation et fait poser la question : comment des personnes peuvent agir de la sorte?

• À lire aussi: Fœtus mort : deux personnes accusées, puis libérées

Pour le psychiatre de l’Institut Philippe-Pinel, Gilles Chamberland, peu d’informations nous permettent de comprendre réellement la nature du drame. 

«Est-ce que c’est une fausse couche naturelle à 25 semaines? Est-ce que l’enfant était viable à la naissance? Maintenant, si c’est volontairement qu’un avortement a été provoqué à 25 semaines, on est devant quelque chose qui est relativement dangereux pour la mère de l’enfant», explique Dr Chamberland en entrevue à LCN. 

Selon lui, si un avortement a été provoqué volontairement, il est le signe d’une très grande détresse, mais ce qui est particulièrement difficile à comprendre dans le cas de Laval, c’est que deux personnes sont impliquées dans l’affaire. 

«Habituellement, on peut comprendre qu’une femme se sente isolée, déprimée, incapable de faire face à la venue d’un enfant, mais ce qui est incompréhensible, c’est qu’on parle de [deux personnes]. C’est encore plus rare qu’un couple va décider qu’ils ne seront pas capables de s’occuper de cet enfant-là. Décider de ne pas l’amener à terme en adoption », explique le psychiatre qui insiste pour dire qu’il ne connaît pas tous les détails de l’affaire. 

Selon les informations qu’il possède, il est difficile de croire que la maladie mentale ait pu jouer un rôle. 

«Ça semble être des gens relativement organisés, il n’y a pas de psychose ou de maladie mentale important dans ça. C’est difficile à dire. Je ne vois pas comment la psychiatrie peut expliquer cela, autrement que quelqu’un a pris une décision, l’a menée à terme et doit l’assumer», juge-t-il. 

Voyez l’entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus.

Dans la même catégorie