/news/law

La saga du Musée des beaux-arts devant les tribunaux

Éric Yvan Lemay | Journal de Montréal

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Nouveau rebondissement dans la saga du Musée des beaux-arts de Montréal. Un membre de l’institution s’est adressé hier à la Cour supérieure pour forcer la tenue d’une réunion spéciale et statuer sur le sort des membres élus du conseil d’administration. 

• À lire aussi: Québec paye pour le Musée mais ne décide presque rien

• À lire aussi: Bisbille au MBAM: le Conseil des Arts du Canada inquiet

• À lire aussi: Le Musée des beaux-arts de Montréal déjà à la recherche d’un remplaçant de Nathalie Bondil

Il s’agit du dernier rebondissement d’une saga qui dure depuis maintenant plus d’un mois et qui a mené au départ de l’ex-directrice générale vedette du musée, Nathalie Bondil.

Depuis, certains ont pris sa défense publiquement alors que des employés ont dénoncé son style de gestion jugé trop autoritaire. 

Dans la requête introductive d’instance présentée hier au palais de justice de Montréal, Serge Jean Laviolette, demande l’intervention de la cour après un refus du président du conseil d’administration d’accepter la tenue d’une réunion spéciale.

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Demande refusée

Il soutient avoir signé une demande avec 109 autres membres pour la tenue de l’assemblée, mais que cette dernière a été refusée par le président du conseil, Michel de la Chenelière, le 3 août dernier.

Les membres estiment que cela va à l’encontre d’un des articles qui régit la gouvernance du musée. Cet article indique qu’une assemblée spéciale peut être commandée par le président du conseil d’administration ou par une demande écrite de 100 membres.

La requête demande que soit discuté lors de l’assemblée spéciale la révocation de 11 membres élus dont M. Chenelière ainsi que la nomination de 11 nouveaux membres.

Conflit d’intérêts

«Le conseil se place en conflit d’intérêts puisque ce à quoi ils s’objectent, c’est à un jugement de ceux qui les ont nommés», peut-on lire dans le document judiciaire.

Le requérant se réserve aussi le droit de réclamer compensation pour les frais judiciaires au musée, somme qui pourrait atteindre 50 000 $.

Cette démarche judiciaire survient au lendemain de la publication d’une lettre ouverte de dizaine d’employés qui ont dénoncé le climat d’intimidation et le harcèlement toléré par l’ancienne directrice général notamment lors des montages d’exposition.

«Depuis de nombreuses années, notre milieu de travail s’est détérioré, plusieurs collègues sont partis alors que d’autres se sont résignés au silence», peut-on lire dans la lettre envoyée aux médias.

Une enquête d’une firme externe a été commandée par la ministre de la Culture, Nathalie Roy, à la mi-juillet.