/news/society

Les enfants autistes passent encore en deuxième, déplore un organisme

Marc-Antoine Malo | Agence QMI

La Fédération québécoise de l’autisme (FQA) n’est pas satisfaite que les enfants ayant des besoins particuliers passent encore en deuxième après le dévoilement lundi d’un plan de relance pour le retour en classe du primaire et du secondaire. 

• À lire aussi: Le masque obligatoire dès la 5e année

• À lire aussi: Rattrapage scolaire: «la mise à niveau des jeunes, c’est important»

Aucun point ne fait mention des étudiants autistes ou handicapés dans le plan du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, si bien que le directeur général de la FQA, Luc Chulak, craint de ne pas être en mesure de rassurer les parents et les enfants sans directives particulières.

«La seule chose, notre attente, c’est qu’il y ait des adaptations particulières offertes aux personnes autistes ou handicapées. Ça, on est d’accord avec ça, mais chaque fois, ça apparaît dans un second lieu, dans un second temps ou de façon annexée. Ça devient un peu tannant, même fatigant à la longue», s’est désolé M. Chulak en entrevue avec l'Agence QMI, mardi.

Selon la FQA, que le gouvernement du Québec n’inclut par ses passagers les plus à risque dans le plan de relance favorise une perception d’exclusion et de marginalisation. «Agir ainsi ne permet surtout pas aux personnes autistes d’avoir le sentiment d’être membres à part entière de la société québécoise», a mentionné la fédération représentant plus de 70 organismes.

Aucune demande ou réclamation particulière n’a été faite par l'organisation, qui souhaite seulement pouvoir se préparer à la rentrée.

«C’est sûr que des classes mieux adaptées ou plus petites [seraient bien]. Nous, on regroupe ou on s’adresse surtout aux enfants autistes et il y en a certains pour qui le port du masque devient un enjeu ou un problème très particulier à cause de la peau ou de l’hypersensibilité», a rappelé M. Chulak.

Selon les informations du directeur général, des détails supplémentaires concernant les jeunes avec des besoins particuliers seront annoncés la semaine prochaine; un délai acceptable, mais qui s’étire, avec la rentrée scolaire prévue d’ici la fin du mois.