/regional/troisrivieres/mauricie

Vision Zéro fait son chemin à Trois-Rivières

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Mine de rien, le controversé concept Vision Zéro mis de l'avant par des élus municipaux de Trois-Rivières pour favoriser le partage et la sécurité des rues est en train de prendre forme.

Une autre importante étape vise à rétrécir les voies de circulation automobile de la rue commerciale Barkoff dans le secteur Cap-de-la-Madeleine pour y intégrer deux bandes cyclables. Compte tenu de la forte densité de la circulation sur cette artère, de la présence d'une pléiade de commerces dont de grandes surfaces et d'une bretelle de l'autoroute 40, un gros commerçant et propriétaire d'espaces commerciaux se montre sceptique.

«En réduisant de quatre à deux voies on va "jammer" la circulation et je ne peux pas voir comment ils vont pouvoir s'en sortir pour être capable de rendre ça plus fluide», plaide Yves Tremblay qui opère notamment une grosse boutique de sport sur la rue Barkoff.

Deux élus trifluviens ont confirmé à TVA-Trois-Rivières que les nombreux réaménagements de rues récemment réalisés ou sur le point de l'être, s'inscrivent bel et bien dans la philosophie Vision Zéro. On observe à cet effet la création de «vélo-rues» de «rues partagées» avec réduction de la limite de vitesse à 30 km/h ou même à 20 Km/h et de «rues conviviales».

Sont apparus dans cette foulée sur les chaussées, des bacs à fleurs, des dos-d'âne, des balises flexibles et des voies cyclables et piétonnières.

L'hôtel de ville ne nie pas que c'est bien la Vision Zéro qui sert d'inspiration. «C'est vrai que dans la sécurité routière à Trois-Rivières et dans toutes les grandes villes nord-américaines aussi il y a une dynamique de partage de la route. Les infrastructures, dans les années 60 et 70, ont été conçues uniquement pour les voitures», explique Guillaume Cholette-Jansen, porte-parole de la ville de Trois-Rivières.