/news/culture

De l’art partout à Montréal

Gabriel Beauchemin | Agence QMI

COURTOISIE EMILY GAN

Des dizaines d’artistes, organismes et compagnies artistiques offriront des performances spontanées au cours des prochaines semaines et des prochains mois sur l’ensemble de l’île de Montréal grâce au programme «Quand l’art prend l’air» du Conseil des arts de Montréal.

«Quand est arrivée la COVID, on a constaté à quel point les artistes se retrouvaient dans une situation extrêmement précaire où ils ne pouvaient pas pratiquer leur art, a expliqué Nathalie Maillé, directrice générale du Conseil des arts de Montréal. Et qu’est-ce qu’on a vu émerger? Les artistes qui commençaient à développer des initiatives par eux-mêmes, sans aucune attente, bénévolement.»

C’est notamment parce que l’organisme public montréalais souhaitait financer ces nombreux élans artistiques que le programme «Quand l’art prend l’air» a pris forme.

«On s’est demandé comment on pourrait soutenir des initiatives qui vont rejoindre l’ensemble de la population montréalaise, comment est-ce qu’on pourrait offrir quelque chose qui peut se faire rapidement, sans contraintes, partout sur le territoire de l’île», a poursuivi la directrice générale.

Deux rondes de sélection ont été lancées en début juin pour des performances prévues cet été et à l’automne. Jusqu’à maintenant, c’est 45 projets qui ont été sélectionnés, provenant d’une dizaine de disciplines artistiques et répartis dans une vingtaine de municipalités et arrondissements de l’île de Montréal.

Le financement des projets faisant partie de la première ronde a été accordé le 3 août, et les artistes désirant faire partie du programme ont jusqu’au 20 août pour soumettre leur candidature. Au total, c’est 675 000 $ qui seront accordés aux projets sélectionnés.

Particularité à noter, les performances se déploient dans des espaces privés, favorisant du même coup l’investissement de lieux souvent très originaux, hors de l’ordinaire.

«On peut penser au bar laitier dans l’arrondissement du Sud-Ouest, une cour extérieure dans un centre de la petite enfance dans Rosemont, dans des cours de HLM, des cours d’école, des terrasses de restaurants, des balcons, des toits privés, des coops, c’est vraiment ça qui est intéressant», a énuméré Nathalie Maillé.

De la danse dans les CHSLD

Pour l’artiste en danse Ariane Boulet, de la compagnie «Je suis Julio», ce financement permettra de poursuivre deux projets artistiques lancés d’abord bénévolement au début du mois de juin pour les résidents des CHSLD.

Le premier, intitulé «De la danse aux balcons», se fait directement à partir de la cour des résidences.

«C’est un spectacle dehors que les résidents peuvent voir de leur balcon, a expliqué Ariane Boulet. On est maintenant huit danseurs et deux musiciens. Il y a une portion très spectacle et une portion atelier, où on les amène en mouvement avec nous, où ils dansent avec nous du balcon, et se mettent à danser ensemble, mais à distance, en se suivant. C’est un spectacle-atelier qui est très beau parce que ça leur permet de voir, mais aussi d’être dans leur corps, de bouger, et de mieux dormir le soir.»

Le deuxième, intitulé « Les balades dansées», se déroule quant à lui plus en retrait, à travers une promenade toute spéciale.

«C’est un projet où on est en individuel, a indiqué l’artiste. On est un danseur, un musicien et un résident, c’est une petite cellule, et puis on part en balade, 30 minutes, 1 heure ou 1 heure 30, selon son rythme. Parfois, c’est leur première marche depuis très longtemps, et leur marche est accompagnée en musique.»

«C’est un projet qui ne cesse de me surprendre et que je trouve vraiment fascinant parce qu’on voit vraiment une transformation du début à la fin avec les résidents, dans leur façon de se relâcher, de se rouvrir, de voir la beauté des choses autour d’eux, a-t-elle poursuivi. Souvent, on danse beaucoup avec eux, les vélos arrêtent pour nous regarder, on entre en communication avec les passants, on danse avec les enfants qui passent. C’est un projet que j’aime énormément parce qu’il est très simple et très magique à la fois.»