/news/world

Explosions de Beyrouth: 15 milliards $ en dommages

Agence France-Presse

Le coût des dégâts causés à Beyrouth par l'explosion meurtrière et dévastatrice au port dépasse les 15 milliards de dollars, a annoncé mercredi le président du Liban Michel Aoun.

• À LIRE ÉGALEMENT: Réseaux sociaux: désinformation en série après l’explosion à Beyrouth

• À LIRE ÉGALEMENT: Le gouvernement libanais a été averti du danger la veille des explosions de Beyrouth

«Les estimations préliminaires pour les pertes essuyées (après) l'explosion au port dépassent les 15 milliards de dollars», a assuré le président libanais lors d'un entretien téléphonique avec le roi d'Espagne Felipe VI, selon le compte Twitter de la présidence.

Enquête 

Le parquet libanais va interroger à partir de vendredi plusieurs ministres, anciens et actuels, au sujet de la présence pendant des années au port de Beyrouth de tonnes de nitrate d'ammonium à l'origine des déflagrations.

«L'interrogatoire va commencer vendredi avec l'ex-ministre des Travaux publics Ghazi Aridi, avant la convocation la semaine prochaine» de trois autres ministres au moins, dont l'actuel ministre démissionnaire des Travaux publics Michel Najjar, a précisé à l'AFP la source judiciaire.

Des ministres des Finances ou de la Justice, anciens ou actuels, seront également convoqués, d'après cette source.

«Si un manquement ou une négligence était constaté de la part d'un ministre, la justice (régulière) ne sera pas compétente pour les poursuivre», a-t-elle ajouté.

Le procureur général devra alors transférer leur dossier au Parlement, car la compétence reviendra à un Conseil spécial chargé des poursuites contre les ministres et les présidents.

Provoquée par une énorme quantité de nitrate d'ammonium, stockée au port depuis six ans «sans mesures de précaution» de l'aveu même du Premier ministre démissionnaire Hassan Diab, l'explosion a fait au moins 171 morts, plus de 6500 blessés et près de 300 000 sans-abri.

Elle a alimenté la rage de la rue contre une classe politique accusée de corruption et d'incompétence.

Dans le cadre de l'enquête une vingtaine de fonctionnaires du port et des douanes ont déjà été interpellés, selon des sources judiciaire et sécuritaire.