/news/techno

Faire des Tik Tok pour mousser ses ventes

Jean Balthazard | Agence QMI

Grâce à ses vidéos sur le réseau social Tik Tok, la propriétaire montréalaise d’une boutique de vêtements pour femmes accumule des clients partout à travers le monde, au point où elle a dû engager deux personnes pour répondre à cet engouement.

«Présentement, j’ai des clients de l’Allemagne, de l’Australie, du Koweït, de partout dans le monde et c’est à cause de Tik Tok», explique Katia Zakarian, qui est suivie par plus de 140 000 abonnées.

La demande provenant de Tik Tok a été si forte durant les quatre derniers mois qu’elle a dû engager deux personnes supplémentaires pour gérer les commandes en ligne.

«Mon mois de juillet a été quatre fois plus rentable que mon meilleur mois de ventes à vie, seulement à cause des clients venant de Tik Tok», ajoute celle qui a fondé son entreprise Dress Me Tour il y a deux ans.

La fermeture temporaire en mars de sa boutique a eu des impacts financiers évidents sur l’entreprise de Katia Zakarian, mais avec les ventes sur son site web, elle a réussi à passer à travers la crise.

Des vidéos en confinement

L’entrepreneuse a justement commencé à faire des vidéos sur Tik Tok au début de la pandémie, après avoir dû fermer sa boutique. Elle voulait ainsi faire la promotion de ses vêtements à travers des vidéos.

@katia_zakarian

We sell the dopest clothes at affordable prices👀🔥 DRESSMETOUR.COM (link in bio👆🏽) IG: @DressMeTour

♬ stop complaining - vaioriise

Dans des petites capsules d’une dizaine de secondes, elle met de l’avant différentes tenues, parfois de façon humoristique. Elle peut prendre jusqu’à deux heures par jour pour réaliser de trois à six vidéos qu’elle publie la journée même.

50 000 abonnés en une nuit

«Les deux premiers mois, j’avais seulement 30 abonnés. Tous mes amis me demandaient pourquoi je continuais de faire trois, quatre vidéos par jour. Mais je savais qu’il y avait un potentiel, indique-t-elle. Puis, un jour, j’ai fait une vidéo pour des maillots de bain. Le lendemain, je me suis réveillée et j’avais 50 000 abonnés d’un coup.»

Katia Zakarian ajoute qu’elle se fait même reconnaître au restaurant et dans son immeuble à logements.

Elle est consciente que la menace d’interdiction du réseau social Tik Tok aux États-Unis pourrait lui faire perdre bon nombre d’abonnés. Entre temps, elle tente de faire migrer ses abonnés vers Instagram et d’attirer le plus de gens sur son site web. Et elle a aussi rouvert sa boutique depuis.

«Si mon engouement sur Tik Tok continue de rouler autant qu’en ce moment, je vais devoir engager d’autres personnes», espère-t-elle.