/finance/homepage

3400 produits plus chers à la SAQ dès dimanche

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Québec

La Société des alcools du Québec augmentera, dès dimanche, le prix d’environ 3400 produits sur ses tablettes et vendus en ligne, a appris Le Journal. Les hausses varieront de quelques cents à plusieurs dollars.

• À lire aussi: Près de 10 M$ en bonis à la SAQ

• À lire aussi: Le vol à l’étalage explose à la SAQ

• À lire aussi: Des CA de sociétés d’État blancs à 95 %

Le 4 août dernier, la direction a transmis aux responsables de ses succursales les modifications qui devront être effectuées sur 3753 vins et spiritueux. Notons que le prix de 353 produits sera revu à la baisse. 

La Société des alcools du Québec (SAQ) augmentera les tarifs de 1828 de ses 2798 produits courants et de spécialité en approvisionnement continu offerts dans ses magasins et sur son site. Il s’agit des vins les plus populaires auprès des consommateurs. 

La hausse moyenne sera de 0,42 $ (1,8 %) pour cette catégorie de produits. Le coût pour 44 vins et spiritueux sera également révisé à la baisse.

«C’est l’une des plus importantes hausses en termes de quantité de bouteilles que j’ai vues en plus de dix ans», indique une source.

Les amateurs de vins plus rares verront aussi leur facture bondir. Pour les vins et spiritueux achetés par lots, soit souvent des arrivages ponctuels, la hausse touchera 1572 produits et 309 seront révisés à la baisse.

Chaque année, la SAQ ne tient pas compte de cette catégorie lors du dévoilement de ses variations de prix. Selon un document à l’interne transmis au Journal, l’ensemble de la hausse touche 3400 produits.

Report de plusieurs mois  

Au printemps, notamment en raison des impacts de la COVID-19 sur le portefeuille des consommateurs, la SAQ avait choisi de reporter ses augmentations de tarifs de plusieurs mois. La société d’État affirme avoir absorbé depuis avril 1,2 M$ liés à la variation de la taxe d’accise. 

Depuis 2017, la SAQ autorise ses fournisseurs à augmenter leurs prix en mai et en novembre. Quant aux baisses, elles sont permises à 11 reprises.

En juin, la présidente et chef de la direction, Catherine Dagenais, avait confirmé que son organisation allait augmenter ses prix en août. 

Une seule hausse  

Elle avait également précisé que la société d’État ne prévoyait qu’une seule hausse en 2020.

La SAQ attribue ces variations à l’augmentation annuelle des taux des droits d’accise du fédéral, aux fluctuations des taux de change de l’euro et du dollar américain et aux demandes de modifications des fournisseurs.

La direction assure qu’elle négocie le plus serré possible avec ses partenaires d’affaires afin «d’offrir les prix les plus bas au Canada».

Illogique  

Selon l’éditeur du site vinquebec.com, Marc André Gagnon, il est illogique de voir autant de produits touchés par une hausse, alors que plusieurs producteurs dans le monde cherchent à écouler leur inventaire qui a été malmené par la pandémie et la fermeture des restaurants.

«C’est beaucoup de produits. [...] Il y a un surplus de vins partout dans le monde. Normalement, si nous n’étions pas dans une situation de monopole, probablement que les prix baisseraient», avance-t-il.

Au cours de l’exercice financier 2019-2020, les ventes à la SAQ se sont élevées à 3,489 milliards $ (+5,9 %). 

La semaine dernière, Le Journal révélait que la société d’État allait verser 9,88 M$ en bonis à ses employés et cadres pour l’exercice 2019-2020. De ce montant, les cadres et le personnel non syndiqué vont toucher 7,63 M$.

Afin d’éclairer les consommateurs sur les nouvelles variations de prix, la SAQ prévoit mettre un lien sur son site web concernant le processus de négociation avec ses fournisseurs : www.saq.com/fr/a-propos