/news/coronavirus

Éclosion de COVID-19 dans un CHSLD de Lanaudière

TVA Nouvelles

Une importante éclosion de COVID-19 frappe un CHSLD de Saint-Charles-Borromée, dans Lanaudière, où 20 résidents et trois employés ont été contaminés en quelques jours seulement. Du nombre, une personne se trouve aux soins intensifs. 

Le CHSLD Parphilia-Ferland compte 170 lits et est situé au centre hospitalier de Joliette, où certaines sections de l’hôpital sont des centres d’hébergement de longue durée. 

Comme le CHSLD est divisé en plusieurs sections, l’éclosion a été enregistrée dans l'unité 1B où se trouvent 34 usagers. Des mesures ont été prises sur-le-champ afin d’endiguer la contamination. 

Des zones rouges pour les cas de COVID, des zones jaunes ainsi que des zones vertes ont été établies.

Un dépistage massif de la COVID-19 a été enclenché auprès des employés et des bénéficiaires. La direction soutient que la situation est sous contrôle et qu’aucun cas n’a été rapporté ailleurs dans l’hôpital.

«Le niveau de vigilance n’est pas diminué. Tous les jours on a les équipes de gestion, les équipes de prévention des infections, des agents de sécurité, des messages communiqués, des rappels écrits, des rencontres d’équipes, etc., pour maintenir le niveau de vigilance, le niveau de rigueur dans le port de l’équipement de protection», indique Philippe Éthier, directeur général adjoint, CISSS de Lanaudière. 

Une enquête est en cours afin de savoir d’où est issue cette éclosion, et à savoir si la COVID-19 a frayé son chemin dans le CHSDL grâce à un visiteur, un préposé, un aidant naturel.

«C’est sûr que les visiteurs n’ont peut-être pas la même conscience, de l’importance de respecter ces mesures-là, pas autant que les travailleurs dans les départements. [...] Nos travailleurs sont beaucoup plus allumés peut-être que les gens qui viennent en visite», explique de son côté Ginette Morin, Ginette Morin, vice-présidente du Syndicat des travailleurs et travailleurs CISSS de Lanaudière. 

Selon M. Éthier, le personnel est affecté à une seule unité et les employés n’ont pas à se déplacer dans d’autres secteurs.

«Est-ce qu’il y a eu des brèches, pendant une pause? On est en train d’enquêter», insiste le directeur général adjoint. 

L’hypothèse qu’un usager atteint de démence a pu se déplacer de lui-même n’est pas exclue non plus. 

Le PM réagit  

Régissant aux informations de TVA Nouvelles, le premier ministre François Legault n’a pas caché le fait que des éclosions vont continuer d’apparaître, mais il a tout de même jugé l’éclosion de Joliette comme étant préoccupante.

«C’est certain qu’on est en train d’examiner si le matériel de protection a été utilisé. C’est certain qu’il ne manquait pas d’équipement de protection, masque ou autre à ce CHSLD à Joliette», a indiqué le premier ministre qui était de passage en Abitibi-Témiscamingue jeudi après-midi.