/news/techno

«L'effort non-partisan» de Facebook dans l'élection présidentielle américaine

Agence France-Presse

Donald Trump (à gauche), président des États-Unis et candidat républicain à la présidentielle, et Joe Biden, le candidat démocrate.

AFP

Donald Trump (à gauche), président des États-Unis et candidat républicain à la présidentielle, et Joe Biden, le candidat démocrate.

Le réseau social américain Facebook a annoncé jeudi le lancement sur ses plateformes d'un centre d'information sur l'élection présidentielle aux États-Unis, dans le cadre de ses efforts visant à encourager les citoyens à participer aux scrutins et rassurer sur ses actions contre la désinformation.

• À LIRE ÉGALEMENT: Biden présente Harris, la «bonne personne» pour l'aider à «reconstruire le pays»

• À LIRE ÉGALEMENT: Wall Street grimpe à la clôture, les valeurs de la tech se reprennent

«Ce nouveau produit permet à tous les utilisateurs de Facebook et d'Instagram d'accéder à des informations précises et faciles à trouver sur le vote, où qu'ils vivent, ce qui les aide à responsabiliser leurs élus», a précisé le groupe sur son blog, assurant qu'il s'agissait d'un «effort non-partisan».

«De nombreux États ayant apporté des modifications au processus électoral en raison de la pandémie de coronavirus, le centre est également conçu pour aider les gens à naviguer dans ce processus électoral confus», a-t-il ajouté.

Concrètement, les citoyens américains pourront vérifier par le biais de cet outil s'ils sont correctement inscrits pour voter dans leur État, et seront renvoyés vers le bon site internet dans le cas contraire. Ils pourront aussi consulter directement les règles de leur État concernant le vote par correspondance.

Facebook lance également une fonctionnalité d'«alerte» permettant aux autorités de contacter rapidement les électeurs en cas de changement de dernière minute apporté à ces règles, une section d'informations «factuelles» sur le vote, et un outil de recrutement des assesseurs pour organiser les élections.

«En fournissant à la population des informations claires, précises et faisant autorité, nous continuerons à réduire la capacité des réseaux malveillants à profiter de l'incertitude entourant la pandémie pour interférer avec les élections», écrit Facebook, qui promet plus d'informations à venir sur sa couverture en direct des résultats.

A l'approche de l'élection présidentielle américaine en novembre, Facebook et les autres géants de l'internet multiplient les efforts pour préserver leurs plateformes des campagnes de manipulation et de désinformation, notamment étrangères, et éviter de répéter les scandales ayant entouré en 2016 le referendum sur le Brexit au Royaume-Uni et l'élection présidentielle américaine de cette même année.

Facebook, comme Twitter, a par exemple décidé dernièrement de signaler les comptes de médias contrôlés par des États. Les deux réseaux sociaux étaient précédemment intervenus sur des publications de Donald Trump accusant le vote par correspondance de favoriser la corruption. Ils suppriment enfin régulièrement des comptes pour enrayer la propagation à grande échelle de rumeurs et autres campagnes de désinformation, notamment dans les groupes d'utilisateurs.