/news/politics

Les menaces contre Justin Trudeau et ses ministres en hausse

Agence QMI

Les menaces contre le premier ministre Justin Trudeau et des membres du gouvernement fédéral sont en hausse, selon des données de la police fédérale.

• À LIRE ÉGALEMENT: Affaire WE Charity: le comité permanent des langues officielles fera enquête

• À LIRE ÉGALEMENT: WE Charity: le Bloc maintient que des élections s'imposeront sans doute

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a enregistré 130 menaces proférées contre Trudeau ou des membres de son cabinet entre janvier et juillet, contre 100 au cours de la même période en 2019, a rapporté mercredi le «Toronto Star».

À ce rythme, on pourrait dépasser à la fin 2020 les 215 menacées enregistrées en 2019, qui était pourtant une année électorale où les politiciens étaient donc plus exposés.

La nature des menaces n’a pas été dévoilée, a précisé le journal torontois.

Deux évènements relatifs à ces menaces ont fait les manchettes cet été.

Le Service de police d'Ottawa a ouvert une enquête la semaine dernière sur un incident survenu à l'extérieur du bureau de circonscription de la ministre de l'Infrastructure, Catherine McKenna.

Une vidéo de 90 secondes qui a fait le tour des médias sociaux montrait un homme non identifié proférant des insultes et des menaces contre la ministre et le premier ministre Trudeau.

Mme McKenna a qualifié l'incident d'«inacceptable».

En juillet, un réserviste des Forces armées canadiennes a été arrêté près de Rideau Hall, la résidence officielle de la gouverneure générale, en possession d’armes.

Corey Hurren, un Manitobain de 46 ans inculpé dans l'incident, était depuis longtemps attiré par des sites web «complotistes».

L’enquête est dorénavant entre les mains de la GRC.