/news/coronavirus

Éclosion au Costco : achalandage monstre à la clinique de dépistage

Jérémy Bernier | Journal de Québec

Plusieurs centaines de personnes ont dû s’armer de patience à la clinique de dépistage de COVID-19 de Fleur-de-Lys, vendredi, le temps d’attente étant de plus de quatre heures pour certains.

• À lire aussi: COVID-19: huit employés infectés au Costco Lebourgneuf

• À lire aussi: Québec prend les récentes éclosions très au sérieux

Jeudi, la Santé publique indiquait qu’au moins huit membres du personnel du Costco Lebourgneuf avaient été déclarés positifs à la COVID-19 et demandait à tous les employés de l’établissement de se soumettre à un test de dépistage. Vendredi, la Santé publique a confirmé qu'un autre employé avait testé positif au coronavirus, portant le bilan a 9 contaminations.

Après que la Santé publique eut demandé à l’ensemble des 450 employés et aux clients qui ont fréquenté l’établissement entre le 1er et le 13 août de se faire tester dans les 48 heures à venir, François Legault a fait un appel à la population. 

Le double des tests  

Il n’y a pas à dire, les citoyens de Québec ont répondu à l’appel en grand nombre. Jeudi après-midi, pas moins de 1345 prélèvements ont été effectués à la clinique de dépistage de Fleur de Lys. 

«Ça a été notre journée record depuis le début de la pandémie. On a pratiquement le double des prélèvements qui ont été faits par rapport à une journée habituelle», explique Annie Ouellet, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale. 

L’achalandage était tel que les lignes d’accès ont dû être doublées, cinq lignes étant ouvertes pour les voitures et une pour les piétons et les employés. Le temps d'attente, qui pouvait atteindre trois heures jeudi après-midi, a passé le cap des quatre heures dans certains cas vendredi avant-midi. 

«On priorise les employés du Costco et les personnes qui présentent des symptômes, pour l’instant. C’est-à-dire toux, fièvre, difficulté à respirer et perte du goût ou de l’odorat», précise Mme Ouellet, indiquant que l'on s'attend à une autre journée record.

Responsables  

Le Journal s’est entretenu avec plusieurs automobilistes et piétons qui attendaient de subir le test. La grande majorité d'entre eux s'étaient déplacés par prévention, après avoir entendu l’appel de la Santé publique et du premier ministre. 

«On a des enfants et des petits-enfants, on fait ça pour eux aussi, là-dedans. C’est plaisant de voir que les gens sont venus en aussi grand nombre, ça montre qu’on est responsable», affirme Micheline Laroche, qui s’est rendue au Costco le 4 août dernier. 

«Vaut mieux prévenir que guérir, right? On n’a pas de symptôme, mais on ne voulait pas prendre de chance, à cause de nos âges», lance pour sa part Yvon Lavoie, aux côtés de sa conjointe. 

«Ce qui est dommage, c’est que Costco ne nous a pas vraiment avertis quand on y est allés hier [jeudi]. Si on avait su, on aurait reviré de bord», ajoute-t-il. 

Un point de vue que partage Catherine Létourneau, qui s’est elle aussi rendue à la succursale de Lebourgneuf le jour même où la nouvelle est sortie. 

«J’ai appelé un membre de la direction et je leur ai dit que j’étais très déçue de leur comportement. Si quelqu’un m’avait dit qu’il y avait eu des cas de COVID, j’aurais fait demi-tour. Là, j’ai un nouveau travail, mais je dois rester à la maison sans recevoir de salaire, par prévention pour mes collègues», déplore-t-elle. 

Dans la même catégorie