/sports/homepage

Kirk Muller n'hésitera pas à apporter des changements en l'absence de Claude Julien

TVA Sports

Kirk Muller se retrouve dans une position particulière. À quelques heures du deuxième match de la série entre les Canadiens et les Flyers, on l’a informé qu’il venait d’hériter du rôle d’entraîneur-chef, en raison de l’état de santé de son estimé et fidèle collègue, Claude Julien. 

Jeudi, on apprenait que le pilote du CH avait été transporté dans un hôpital de Toronto en raison de douleurs à la poitrine. Puis, tôt vendredi matin, les Canadiens ont annoncé que Julien, âgé de 60 ans, était de retour à Montréal.   

L’organisation a également indiqué que l’entraîneur s’était fait poser une endoprothèse dans l’une de ses artères coronaires et que les médecins s’attendaient à ce qu’il se rétablisse complètement.

En point de presse, vendredi matin (à voir dans la vidéo ci-dessus), Muller a pris soin de dédier ses premières paroles à Claude Julien. En français de surcroît. 

«Je suis heureux d’apprendre que Claude va bien. On pense tous fort à lui, mais maintenant, on doit se concentrer à jouer au hockey.»

L’entraîneur-chef par intérim du CH a également mentionné avoir parlé à Claude Julien hier soir, un peu avant d’aller au lit. 

«Nous avons discuté longuement. Dans sa voix, on pouvait voir qu’il allait bien. Il voulait parler de hockey. En fait, il était en feu. On a beaucoup parlé du match.» 

Et Julien regardera-t-il le match, selon lui? 

«Oh oui! Il va le regarder! La question ne se pose même pas! Il va sûrement me téléphoner entre les périodes. Comme je vous le disais, au ton de sa voix hier soir, il semblait vraiment en forme. Je crois fermement qu’il va écouter le match.»

Une mission à sa hauteur  

Kirk Muller, dans le contexte actuel, n’aura pas vraiment le temps d’apprivoiser son nouveau rôle. À vrai dire, il n’aura pas le temps du tout. Dans quelques heures, le deuxième match de la série contre les Flyers débutera. Et seule la victoire comptera.

Mais celui qui a aussi joué pour les Canadiens ne s’en fait pas outre mesure.  

«Claude m’a rendu les choses faciles. Il m’a laissé l’équipe dans de bonnes dispositions. Les joueurs sont prêts et bien préparés. Tout ira très bien.»

Des changements en vue?   

Plusieurs se demandent si Muller, maintenant assis dans la chaise de l’entraîneur-chef, sera tenté d’apporter quelques changements à la formation. Le principal intéressé n’a pas fermé la porte à cette possibilité.

«On est ici pour gagner. On se concentre sur la victoire. Tu as toujours à apporter des ajustements au cours d’un match. C’est maintenant mon travail de mettre les 20 meilleurs joueurs sur la glace, peu importe qui ils sont. Et je vais le faire.

Martin Chevalier / JdeM

«Cela dit, on est construits dans un certain moule qui nous a permis de connaitre du succès depuis quelques semaines. Ça ne changera pas vraiment. On a simplement besoin que tous les joueurs nous en donnent. Nous avons un bon groupe de vétérans et notre travail est de tirer le maximum de chaque joueur.»

Un homme en moins  

Derrière le banc, en l’absence de Claude Julien, on retrouvera trois entraîneurs au lieu de quatre. Comment ce désavantage numérique influencera-t-il le travail des trois pilotes? 

«On va tenter de demeurer constants le plus possible. Luke va s’occuper des défenseurs et du désavantage numérique, alors que Dominique planchera sur le jeu à 5 contre 5 et sur les mises en jeu. Il me fera des rapports sur ce qu’il constate. Pour le reste, nous sommes habitués de travailler ensemble. Il n’y aura pas de problème.»

À quoi s’attendre de Muller?   

Questionné sur son style de coaching et sur l’approche qu’il comptait préconiser derrière le banc, Muller y est allé de cette réponse. 

«Je veux amener de l’émotion et de la passion à cette équipe. Je regarde les joueurs et ils sont concentrés sur leur jeu. Tout le monde veut gagner dans ce vestiaire. J’ai beaucoup d’expérience au sein de cette équipe en tant que joueur et entraîneur et je veux transmettre tout ça aux joueurs.»

Et quel message lancera-t-il à ses patineurs avant le match? 

«On est prêts. Maintenant, allez jouer! Soyez là les uns pour les autres et donnez tout ce que vous avez!»