/news/politics

Soins de santé: les demandeurs d'asile pourront s'établir de façon permanente

Vincent Larin | Agence QMI

Présents dans le secteur de la santé au plus fort de la crise, les demandeurs d’asile ayant donné des soins directs pourront régulariser leur statut et s’établir de façon permanente au Québec.

• À lire aussi: De futurs préposés toujours impayés

«On s’est appuyé beaucoup sur ces demandeurs d’asile [...]. Ils sont allés aider, ils ont pris soin de nos gens vulnérables et de nos aînés», a illustré la ministre de l’Immigration, Nadine Girault, en entrevue, vendredi.

C’est pourquoi Québec a annoncé la mise en place du Programme spécial des demandeurs d'asile en période de COVID-19 (PSDAPC) visant à remercier ceux que le premier ministre, François Legault a surnommé des «anges gardiens».

Ainsi, les personnes qui attendent une décision quant à leur statut de réfugié et celles dont la demande a été refusée pourront se prévaloir du programme si elles satisfont à ses conditions.

Elles devront notamment avoir occupé un emploi dans le domaine de la santé relié à la prestation de soins directement aux patients entre le 13 mars et le 14 août, et ce, au moins 120 heures.

Ils seraient «plusieurs centaines» à être admissibles à ce nouveau programme, a indiqué la ministre Girault, tout en ajoutant qu'elle en ignorait leur nombre précis.

Pour le moment, Québec exclut d’allonger la liste de professions admissibles et la période durant laquelle les heures de travail auront été effectuées.

Québec compte d’ailleurs sur les 10 000 préposés aux bénéficiaires toujours en formation pour ne plus avoir à s’appuyer à nouveau sur les demandeurs d’asile advenant une deuxième vague de COVID-19, précise Nadine Girault.

Plusieurs demandeurs d’asile et des groupes ont milité pour la création de ce programme depuis le début de la crise de la COVID-19 au Québec.

À noter que la décision de Québec a été rendue possible par l'annonce d'une politique d'intérêt public temporaire faite plus tôt vendredi au niveau fédéral par le ministre fédéral de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco E. L. Mendicino.

«Le gouvernement reconnaît la contribution extraordinaire des demandeurs d'asile travaillant dans le secteur des soins de santé au cours de la pandémie de COVID-19, en particulier dans les établissements de soins de longue durée. Les circonstances actuelles justifient la prise de mesures exceptionnelles en reconnaissance des services rendus au cours de la pandémie par ces personnes qui font face à un avenir incertain au Canada», a déclaré ce dernier, par voie de communiqué, vendredi.

Québec et Ottawa ont eu à négocier pendant plusieurs semaines avant d’en venir à une entente sur les critères d’admissibilité à ce nouveau programme.

Dans la même catégorie