/news/coronavirus

École à la maison: pas assez à risque pour un billet du médecin

TVA Nouvelles

Une mère qui tente d’obtenir un billet du médecin pour pouvoir garder ses enfants à la maison lors de la rentrée scolaire cet automne reproche le manque de clarté relativement aux critères pour déterminer s’ils y ont droit ou non. 

• À lire aussi: Ce que l'on sait sur la COVID-19 dans les écoles

• À lire aussi: Les écoles ne peuvent imposer le port du masque en classe

• À lire aussi: Des parents envisagent l’option des «microécoles»

Anne-Marie Duclos fait de l’asthme à l’effort. Dès qu’elle a un rhume, elle développe de l’asthme. Il y a deux ans, d’ailleurs, un simple rhume s’est transformé en pneumonie. 

«Je suis assez anxieuse du retour scolaire de mes enfants», admet-elle. 

Sa fille de huit ans, qui a eu une pneumonie l’été dernier, doit commencer sa troisième année cet automne. Son fils de cinq ans doit, quant à lui, entrer en maternelle. 

Croyant que sa situation répondait aux critères du gouvernement lui permettant de faire l’école à la maison à ses deux enfants, Mme Duclos est allée consulter un médecin la semaine dernière afin d’obtenir le papier médical requis. 

La docteure a cependant refusé de lui fournir le document. Elle aurait informé Mme Duclos que, selon les critères fournis par la direction de la santé publique, ses enfants et elle n’étaient pas assez à risque pour être exemptés d’un retour physique à l’école. 

«On est devant un non et on ne comprend pas pourquoi. Faut-il être déjà en train de mourir pour ne pas retourner à l’école? Je trouvais ça aberrant et très frustrant», critique la mère de famille. 

Celle-ci a obtenu un rendez-vous pour aller consulter son médecin de famille la semaine prochaine. Elle espère que sa plus grande connaissance de leur historique médical lui permettra de leur remettre un billet d’exemption. 

Elle souhaiterait cependant que les critères sur lesquels se basent les médecins pour prendre leur décision soient clairement transmis aux parents.