/regional/montreal/montreal

Les enseignants montréalais veulent des classes plus petites pour la rentrée

PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Inquiète pour la santé de ses membres à l’approche de la rentrée scolaire, l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal demande à la santé publique de mettre en place des mesures supplémentaires en vue de rassurer les enseignants montréalais, dont des classes plus petites.

• À lire aussi: 20 M$ pour le rattrapage scolaire en période de pandémie

• À lire aussi: Les écoles ne peuvent imposer le port du masque en classe

• À lire aussi: Le masque obligatoire dès la 5e année

Dans une lettre adressée vendredi dernier au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, à la directrice régionale de la santé publique, la Dre Mylène Drouin, et au directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, notamment, l’Alliance demande à Québec de revoir à la baisse les ratios profs-élèves.

«À notre grande déception, le plan actualisé [présenté par le ministre Roberge] semble ignorer la réalité des écoles montréalaises et des profs qui y enseignent. De nombreux profs que nous représentons nous ont contactés pour nous partager leurs inquiétudes et leurs interrogations » indique la présidente du syndicat, Catherine Beauvais-St-Pierre.

Parmi les autres mesures exigées par le syndicat : qu’en cas de fermeture d’une école ou d’une classe, tous les élèves aient accès à un ordinateur ou une tablette, à internet et à un soutien informatique en cas de bris ou de problèmes techniques.

L’Alliance demande aussi que des masques de protection soient rendus disponibles pour tous les professeurs et pour les élèves du 3e cycle, du secondaire, de l’éducation aux adultes ou de la formation professionnelle.

On exige également que soient condamnés les locaux dont la ventilation est déficiente et que ceux sans fenêtres ne soient utilisés qu’en dernier recours.

Les élèves du 3e cycle et du secondaire devraient obligatoirement porter un masque lorsqu’ils trouvent à moins de deux mètres d’un enseignant, et des plexiglas et des visières devraient être fournies à ceux qui souhaitent en avoir, demande l’Alliance dans sa missive.

«Les enseignantes et les enseignants sont impatients de retourner en classe et de retrouver leurs élèves, mais elles et ils ne souhaitent pas le faire au risque de leur santé et de leur sécurité. La confiance que les profs portent à nos institutions dépend grandement de votre réponse face à cette situation inédite», affirme sa présidente.

Le syndicat n’avait pas encore eu de réponse de la part de Québec lundi.

L’Alliance des professeures et professeurs de Montréal représente environ 9500 membres enseignants.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.