/regional/montreal/lanaudiere

Un CHSLD sous haute surveillance dans Lanaudière

TVA Nouvelles

Le CISSS de Lanaudière tente de retracer les mouvements de personnel au sein du Centre d’hébergement Parphilia-Ferland à Saint-Charles-Borromée dans Lanaudière.

• À lire aussi: Éclosion de COVID-19 dans un CHSLD de Lanaudière

• À lire aussi: Une infirmière-chef suspendue après une éclosion dans un CHSLD

L’établissement est récemment devenu un foyer d’éclosion de COVID-19 alors que 35 cas y ont été comptabilisés (25 résidents, dont un décès et 10 membres du personnel et stagiaires).

TVA Nouvelles révélait lundi qu’une infirmière-chef avait été suspendue avec solde le temps de l’enquête du CISSS de Lanaudière.

Cette cadre aurait en effet autorisé des mouvements de personnel entre la zone rouge du centre d’hébergement et d’autres zones qui n’étaient pas à risque.

Le CISSS veut savoir combien de personnes ont été déplacées et dans quels services.

«Pour nous c’est tolérance zéro. Pour nous la situation qui est survenue en fin de semaine n’est pas acceptable. Nous avons pris les moyens pour faire respecter les consignes et nous continuons notre enquête», fait savoir le directeur général adjoint du CISSS de Lanaudière, Philippe Éthier.

Imputabilité

Interrogé à ce sujet le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a redit que de tels changements devaient se faire en respectant des règles strictes.

«Si jamais il y a un changement à faire à l’intérieur d’une installation ou d’un établissement, la personne doit s’assurer qu’elle respecte les règles de PCI (Prévention et contrôle des infections, NDLR)», a-t-il énoncé.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, n’a pas dit autre chose en entrevue à TVA Nouvelles.

«Il y a aura la possibilité d’y avoir une mobilité à la condition stricte que toutes les mesures de protection, de prévention et de contrôle des infections soient mises en place», a-t-elle indiqué.

«Pour les préposés, c’est formel, ils n’ont pas le droit de se déplacer. Il n’y a plus cette mobilité à l’intérieur d’un établissement. Maintenant, on a peut-être moins d’infirmières, d’infirmières-auxiliaires (...) Le gestionnaire sur place aura la responsabilité, c’est lui qui sera imputable.»