/regional/quebec/chaudiereappalaches

Quel tracé sera retenu pour la ligne haute-tension dans la région de Thetford Mines?

La deuxième partie des audiences publiques du BAPE sur le projet de ligne d'interconnexion Appalaches-Maine se terminait mercredi à Thetford Mines, où peu de gens souhaitent voir pousser dans leur cour des pylônes de 35 mètres de haut.

• À lire aussi: Le projet de ligne d’interconnexion des Appalaches-Maine sous la loupe du BAPE

La municipalité a déposé son mémoire sur les impacts concernant le passage de cette ligne haute-tension de 320 kilovolts (kV) sur son territoire, projet visant à permettre à Hydro-Québec d'exporter de l'hydroélectricité vers les États de la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis.

On s'en doute, personne ne veut voir pousser dans son arrière-cour des pylônes d'une hauteur de 35 mètres.

Ces audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) opposent la vision de deux municipalités voisines: Thetford Mines et Saint-Joseph-de-Coleraine, qui souhaitent en limiter les impacts, avec des tracés différents.

Pour le maire de Thetford Mines, le tracé retenu par Hydro-Québec ne fait aucun sens.

Soixante-dix pour cent de la ligne passerait en périmètre urbain, à proximité de deux quartiers résidentiels du secteur Black Lake.

Marc-Alexandre Brousseau trouverait plus logique d'opter pour le tracé alternatif.

La ligne haute-tension de 320 kV en provenance de Saint-Adrien-d'Irlande contournerait ainsi les terrains de l'ancienne mine British Canadian, tout en réduisant le déboisement et en affectant un moins grand nombre de résidents.

Cette seconde option ne fait toutefois pas l'affaire du maire de Saint-Joseph-de-Coleraine, Gaston Nadeau.

La ligne passerait près du lac Caribou qui se déverse dans le petit lac Saint-François, là où on projette la construction d'habitations.

Le BAPE doit faire connaître ses recommandations à la mi-novembre.

Hydro-Québec souhaite entreprendre le déboisement et les travaux au plus tard à l'hiver ou au printemps prochain, dans l'espoir d'une mise en service des infrastructures quelque part à l'automne 2022.