/finance/homepage

Un ensemble immobilier de 250 M$ dans l’arrondissement de Saint-Laurent

Guillaume Picard | Agence QMI

PHOTO COURTOISIE

Un ensemble immobilier mixte de 250 millions $ va s’ajouter dans le paysage de l’arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal.

Disposant de quatre tours, dont deux locatives, le projet Monarc comprendra à terme plus ou moins 680 unités de condo ou d’appartements locatifs au carrefour des boulevards Cavendish et Thimens.

Une première tour, locative, est déjà en construction en vue d’une occupation en juillet 2021. L’été prochain, on amorcera l’excavation de la première des deux tours de condos, qui accueillera ses occupants en 2023. Les unités se détailleront de 208 000 $ à 610 000 $, pour des superficies variant de 425 à 1300 pieds carrés. Certaines unités compteront jusqu’à trois chambres pour les familles.

C’est le promoteur Trantor Immobilier qui réalise Monarc, pour lequel on vise une certification LEED argent. L’entreprise pilote, soulignons-le, la portion locative avec Jadco Corporation, avec qui elle développe aussi le projet locatif Équinoxe Marc Chagall dans la ville liée de Côte-Saint-Luc.

«Pour nous, Monarc a vraiment un emplacement de choix. Il y a dans le secteur tout ce dont une personne a besoin. Il y a le nouveau parc Bourbonnière et aussi le parc Marcel-Laurin, un espace vert de 15 hectares avec des sentiers pédestres et des terrains sportifs, une bibliothèque, un aréna et un complexe sportif. On peut traverser la rue pour aller faire du ski de fond en hiver», a résumé en entrevue avec l’Agence QMI Alexandre Bouhadana, président de Trantor immobilier.

Monarc sera également situé à proximité de plusieurs commerces et permettra d’accéder rapidement à la station de métro Côte-Vertu et à la station Bois-Franc où s’arrêteront à compter de 2023 les trains du Réseau express métropolitain (REM).

L’entreprise a acquis le terrain de près de 290 000 pieds carrés en 2015 en vue de le développer. «On a pris le temps parce qu’on voulait bien le travailler et l’arrondissement de Saint-Laurent voulait que l’aménagement s’intègre bien avec le reste du territoire», a relaté M. Bouhadana en évoquant la cour intérieure «où les parcours piétonniers seront faits de façon à accéder aux axes existants pour aller directement à la bibliothèque ou au centre commercial voisin».

Les promoteurs croient que Monarc intéressera à la fois les jeunes professionnels et les jeunes couples, mais aussi les gens qui vendent leur propriété pour se reloger dans un plus petit espace. La proximité de l’un des plus importants parcs industriels de l’île de Montréal, celui de l’arrondissement de Saint-Laurent, pourrait aussi inciter des travailleurs à s’installer au Monarc.

«L’important est d’avoir une clientèle variée. C’est pour ça aussi qu’on a du locatif et des condos, pour avoir une mixité de personnes, ce qui est toujours plus intéressant», a dit M. Bouhadana.

COVID-19 oblige, il sera possible de réaliser l’ensemble des étapes de location ou d’achat de façon virtuelle, bien qu’un bureau des ventes sera inauguré lundi prochain sur le site.

C’est la firme Neuf architectes qui a signé Monarc. Quant aux halls d’entrée de 18 pieds de haut qui seront aménagés dans chaque édifice, ils seront l’œuvre du designer Andres Escobar de Lemay + Escobar.

Chaque tour disposera d’une piscine intérieure, d’un gym et d’une terrasse extérieure avec BBQ. Deux des bâtiments seront de plus munis d’un toit vert où il sera possible de faire pousser des légumes, comme aux Fermes Lufa voisines. «Oui, c’est un changement fait dernièrement qui va permettre aux gens de planter des légumes, mais il n’y aura pas de serres», a indiqué M. Bouhadana.

Des espaces de travail partagé, une salle de yoga et un salon des propriétaires avec cuisine et salle de jeux vidéo seront aussi disponibles dans les tours de condos.

Dans la cour intérieure, on retrouvera de la verdure et un amphithéâtre extérieur.