/news/coronavirus

Deuxième vague de la COVID-19: du matériel pour au moins 60 jours, dit Dubé

Patrick Bellerose | Journal de Québec

En prévision d’une deuxième vague de la COVID-19, les établissements de santé du Québec détiennent des masques chirurgicaux et N95 pour faire face à l’équivalent du pic de la pandémie du printemps dernier pendant au moins 60 jours.  

• À lire aussi: François Legault défend sa gestion de la pandémie

• À lire aussi: Un rapport d’ici un an sur la première vague de COVID-19

Ainsi, les réserves dans les CISSS et les CIUSSS du Québec disposent de masques de procédure pour 63 jours d’une consommation similaire aux pires moments des premiers mois de la pandémie, a confié le ministre de la Santé, Christian Dubé, lors de l’étude des crédits à l’Assemblée nationale, jeudi. 

Les stocks de masques N95, eux, s’élèvent à 65 jours. Le gouvernement Legault vise des quantités similaires pour le reste de l’équipement de protection, même si l’objectif n’est pas encore atteint (voir encadré). 

Ces réserves dans les établissements régionaux visent à assurer une distribution rapide aux CHSLD et aux hôpitaux. Au printemps dernier, l’acheminement de l’équipement de protection a souvent été décrié, même si Québec assurait avoir des quantités suffisantes dans ses entrepôts. 

«Énorme»  

«On a regardé, au pire de la crise, la consommation qui était faite dans tous les établissements, dans toutes les régions ensemble, pour s’assurer qu’on ait au moins 60 jours de réserve de ces différents équipements, ce qui est énorme», dit M. Dubé

Mais ce calcul, basé sur l’historique de consommation, n’a pas impressionné la critique libérale, qui questionnait le ministre. «Ce que je comprends, c’est que vous faites une prévision sur un scénario qui serait le même que celui qui s’est passé. Vous n’envisagez pas un scénario où la deuxième vague pourrait être plus forte?», a demandé Marie Montpetit. La députée a souligné que, dans le passé, la deuxième vague de certaines épidémies s’est avérée plus forte que la première. 

Le ministre Dubé a plus tard précisé qu’en ajoutant les entrepôts de l’État québécois, le gouvernement Legault vise des capacités pouvant atteindre six mois, sans préciser leurs niveaux actuels.  

Fabricant québécois  

Par ailleurs, même si Québec s’est entendu avec la compagnie montréalaise Medicom pour produire des masques N95 dès cet automne, leur arrivée dans les établissements sera retardée, le temps d’être approuvés par les autorités fédérales. «L’accréditation des masques N95 va être disponible seulement au mois de décembre», a souligné M. Dubé. 

Questionné par le solidaire Sol Zanetti, le ministre a d’ailleurs refusé de préciser si Medicom pourrait finalement décider de vendre à un autre acheteur, plus généreux. M. Dubé a dit vouloir éviter de révéler ce type d’information à des compétiteurs. 

Quant à l’approvisionnement en gants chirurgicaux, le Québec demeurera dépendant de l’étranger. «Les gants, on a encore un enjeu, parce que c’est seulement en Asie qu’ils sont fabriqués, pour des raisons d’environnement», dit M. Dubé.   

RÉSERVES DANS LES ÉTABLISSEMENTS    

  • Masques de procédure: 63 jours     
  • Masques N95: 65 jours    
  • Jaquettes: 32 jours     
  • Gants chirurgicaux: 36 jours     
  • Écouvillons pour le dépistage: 51 jours