/finance/stockx

Wall Street termine en hausse, le Nasdaq à un record

Agence France-Presse

La Bourse de New York a terminé en hausse jeudi, tirée une nouvelle fois par des grands noms du secteur technologique après la diffusion d'indicateurs mitigés sur l'économie américaine. 

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, s'est apprécié de 0,17% à 27 739,73 points. 

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 1,06% à 11 264,95 points, un niveau inédit. 

L'indice élargi S&P 500 a pris 0,32% à 3385,51 points.

«De nouveau, la hausse du marché est entraînée par le secteur technologique», observe Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. 

Facebook s'est ainsi apprécié de 2,44%, Netflix de 2,76%, Alphabet, la maison mère de Google, de 2,21% et Apple de 2,22%. 

Les indicateurs du jour étaient de leur côté en demi-teinte avec notamment un rebond des inscriptions hebdomadaires au chômage la semaine passée aux États-Unis, qui sont repassées au-dessus de la barre du million.

Au total, 14,8 millions de personnes touchaient une indemnité chômage au cours de la semaine du 2 au 8 août, les données étant publiées avec une semaine de décalage.

L'activité manufacturière de la région de Philadelphie (nord-est des États-Unis) reste en croissance en août, mais à un rythme moins rapide qu'en juin et juillet, selon un indice de la Fed. 

L'indice des indicateurs avancés du Conference Board est aussi resté en croissance en juillet pour le troisième mois consécutif, de 1,4%, mais également à un rythme moindre qu'en mai (3,1%) et juin (3%). 

La Banque centrale américaine (Fed) s'était mercredi, dans un document, montrée particulièrement prudente sur la santé de l'économie des États-Unis, estimant notamment que «la crise sanitaire en cours (pèserait) lourdement à court terme sur l'activité économique, l'emploi et l'inflation». 

Même si les négociations semblent au point mort, «le marché espère toujours qu'on va avoir une sorte de plan de soutien à l'économie, démocrates et républicains semblant disposés à trouver un compromis», a souligné M. Cardillo. 

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait fortement à 0,6509% contre 0,6801% mercredi soir.