/finance/homepage

Elle reçoit une (fausse) bague Cartier par la poste

Roxane Trudel | Journal de Montréal

Après les semences expédiées de Chine à des Québécois, voilà qu’une résidente de Boucherville reçoit sans l’avoir commandée une bague portant la marque de la bijouterie Cartier dans ce qui semble être une arnaque qui laisse les experts perplexes. 

• À lire aussi: La «bague Cartier» ne passe pas le test d'une gemmologiste

• À lire aussi: D'étranges semences de Chine préoccupent les autorités

«Je suis restée bête quand j’ai vu ça», relate Nadine Trudel, qui a reçu lundi un paquet par la poste contenant une bague semblant être en or rose et ornée de trois pierres précieuses, emballée dans un écrin et un joli petit sac à l’effigie de la firme de luxe Cartier.

Les documents – en langue chinoise – suggèrent qu’il s’agirait d’un modèle « Love » d’une valeur de 4600 $ plus taxes, selon le site web de la bijouterie.

Le paquet venait avec un document « certifiant » sa grande valeur.

Photo Chantal Poirier

Le paquet venait avec un document « certifiant » sa grande valeur.

La bague était accompagnée d’un certificat d’authentification, clamant qu’elle était forgée en or 18 carats. 

Suspectant une arnaque, elle a vite trouvé plusieurs témoignages d’internautes rapportant avoir reçu des colis similaires, partout dans le monde. 

La semaine précédente, son mari avait effectué un achat sur un site web avec sa carte de crédit et ses informations personnelles, pour des produits qu’ils n’ont jamais reçus. Le site a fermé depuis, et ils ont fait annuler la transaction.

Une copie  

La copie a été recouverte d’un alliage d’or 18 carats, pour donner l’impression qu’il s’agissait une vraie bague.

Photo Chantal Poirier

La copie a été recouverte d’un alliage d’or 18 carats, pour donner l’impression qu’il s’agissait une vraie bague.

Or, après une vérification effectuée par Le Journal à la bijouterie Rivet à Saint-Lambert, il s’avère que la bague serait une copie, bien qu’elle ait obtenu un résultat positif à 18 carats sur un « testeur d’or ».

Néanmoins, ce n’était pas suffisant pour berner la gemmologiste Carmen Rivet, qui continuait de douter en raison du poids de la bague, de la qualité nettement inférieure des trois pierres « précieuses » ainsi que de la gravure du mot Love légèrement décalée sur le côté du bijou.

Pas des diamants   

« C’est sûr que ce n’est pas des diamants, et je suis certaine que Cartier n’aurait pas mis des cristaux [en verre très riche en plomb] sur leurs produits, indique-t-elle. »

Selon elle, la bague serait soit vide à l’intérieur, soit remplie d’un métal nettement moins cher que l’or. 

« C’est bien fait en tout cas », lâche une employée sur place. 

Selon le Centre antifraude du Canada, il pourrait s’agir d’une arnaque de style « brushing », qui consiste à envoyer de faux paquets contenant des broutilles à l’adresse de consommateurs partout à travers le monde, dans le but d’augmenter le trafic de vente sur son site.

Les faux profils récupèrent les adresses de vrais consommateurs pour laisser des commentaires favorables sur le produit et gagner la confiance de futurs acheteurs.

Cependant, Jeff Thompson, analyste de renseignements criminels pour la Gendarmerie royale du Canada (GRC), peine à comprendre pourquoi une compagnie mettrait autant d’effort pour envoyer une fausse bague. 

Perplexe  

« Ça n’a pas de sens pour moi. Pourquoi une compagnie créerait de faux paquets ? Ils perdent des produits, ils perdent de l’argent. Pourquoi ne pas juste créer de faux commentaires tout simplement ? », se questionne-t-il, perplexe.

Catégorisé comme un vol d’identité par la GRC, ce genre de fraude a été rapporté plusieurs fois récemment, notamment pour des semences suspectes et des crèmes pour le visage, tous de Chine.  

« Ce qu’on sait pour l’instant [sur le brushing], c’est qu’il faut vérifier qu’il n’y ait pas de frais non autorisés sur la carte de crédit [et] que l’article [...] ne cause pas de problèmes de santé », conclut-il.