/news/society

Elle veut faire connaître sa maladie incurable

Atteinte d’atrophie multisystématisée (AMS), Valérie Garneau souhaite que ses derniers moments sur Terre servent à faire connaître cette maladie incurable. 

«Si mon nom peut au moins servir à ça. J’ai décidé d’essayer de me battre. [De voir] ce que je pourrais apporter aux autres. Pour moi, je sais que c’est pas mal fini», lance Mme Garneau sur ton vibrant d’émotion.

En plus de limiter l’espérance de vie de 5 à 10 ans, l’AMS affecte grandement la qualité de vie des malades.

«Ça affecte tout le système, c’est une dégénérescence du cerveau. Ça affecte le système de pression sanguine, respiratoire, la parole...», indique Valérie Garneau.

La femme d’affaires de Lévis a reçu son diagnostic en mars.

«C’est sûr que c’est difficile parce qu’on ne peut pas sortir. Mes enfants rêvent de retourner à Walt Disney une dernière fois en famille, mais on ne peut pas. On est pris ici», raconte-t-elle retenant ses larmes.

Au-delà des voyages en famille, la maladie force aussi Valérie Garneau à faire une croix sur ses propres rêves. Comme celui de travailler avec son fils, qui souhaitent reprendre les rênes de l’entreprise familiale dans le domaine funéraire.

«Quand je suis capable, je suis le plus souvent possible avec eux au bureau. Ça va être difficile de leur apprendre à être seuls», dit-elle.

Pour laisser derrière elle un «héritage» au combat contre la maladie, l’entrepreneure a créé une branche québécoise de l’organisme Vaincre l’AMS.

«Comme c’est une maladie très rare, il n’y a rien présentement. Donc je veux que les gens sachent que ça existe», précise-t-elle.

Pour ses enfants, elle souhaite leur laisser l’image d’une femme forte et fière.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.