/news/politics

Données de la RAMQ: Québec solidaire veut une commission parlementaire

Vincent Larin | Journal de Québec

Le député de Québec solidaire Sol Zanetti

Photo d'archives Simon Clark

Le député de Québec solidaire Sol Zanetti

Québec solidaire demande que soit mise sur pied une commission parlementaire sur la vente de données de la Régie de l’assurance maladie du Québec à des compagnies pharmaceutiques après l’évocation de ce scénario par le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon.

• À lire aussi: RAMQ: vos données déjà partagées

• À lire aussi: Fournir vos données personnelles aux pharmaceutiques, «c’est winner»

• À lire aussi: Fitzgibbon «donne de l'eau au moulin des complotistes»

«Il faut qu’on soit capable de faire la lumière sur l’espèce de plan, apparemment très précis, du ministre [de l’Économie, Pierre] Fitzgibbon là-dessus», a déclaré mercredi le porte-parole du parti en matière de Santé, Sol Zanetti, en point de presse.

Lors de l’étude des crédits de son ministère, jeudi dernier, Pierre Fitzgibbon a révélé qu’il souhaitait fournir les données médicales des Québécois aux pharmaceutiques pour les attirer ici dans le but de faire avancer la science pour tous, ce qui a fait bondir les partis d’opposition.

Sol Zanetti a énuméré les experts qu’il aimerait entendre lors d’une éventuelle commission parlementaire sur le sujet: des éthiciens, des experts en cybersécurité, la Protectrice du citoyen, la RAMQ et la Commission d'accès à l'information.

«Ces compagnies-là [pharmaceutiques], une fois qu'ils ont ces données-là, vont-elles se faire racheter? Vont-elles les amener dans d'autres compagnies qui font partie d'un même holding? Est-ce que ces données-là vont se retrouver entre les mains de compagnies d'assurance? C'est vraiment très grave ce qui est en train de se passer, là, avec la nonchalance du gouvernement actuel», a-t-il exposé.

Son collègue de QS Vincent Marissal a également lancé un appel au premier ministre, François Legault, à se prononcer sur le plan de son ministre de l’Économie.

«Ça n'a aucun sens de se cacher sur un enjeu comme ça. Et j'aurais tendance à dire: qui ne dit mot consent», a tranché Sol Zanetti.

Le député de Rosemont a également demandé au Parti libéral du Québec (PLQ) d’éclaircir sa position à ce sujet.

Lors de l’étude des crédits, jeudi dernier, le porte-parole PLQ en matière d’économie, Carlos Leitão, «avait l’air de trouver que c’était une maudite bonne idée», puis l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, «en a pris la paternité le lendemain en disant que c'est lui qui avait commencé ça», a-t-il affirmé.

«Tout ce qui nous préoccupe dans ce dossier-là, c'est la protection des données personnelles des Québécois. Quand [...] le ministre l'a exprimé, la semaine dernière, ce n'était pas clair qu'il y aurait cette préoccupation-là», avait expliqué, plus tôt, le leader parlementaire du PLQ, André Fortin.

Dans la même catégorie