/news/coronavirus

Des élèves de première secondaire évacués après un cas de COVID-19

Tous les élèves d’une classe de secondaire 1 du Collège Français Annexe Secondaire Longueuil ont été retournés à la maison, jeudi, après qu’un parent eut contracté la COVID-19.

• À lire aussi: 14 jours à la maison malgré un test négatif?

• À lire aussi: Dépistage préventif après un cas de COVID-19 au Miller Zoo

Le père éprouvait des symptômes depuis le début de la semaine, mais il a avisé l’établissement scolaire jeudi qu’il avait été déclaré positif.

Le jeune est quant à lui allé à l’école au moins une journée et demie avant que le signalement ne soit finalement fait.

Les parents sont venus récupérer les jeunes à qui l'on demande de rester à la maison. L'école, dont la rentrée a eu lieu lundi, met en place un plan pour donner les cours à distance.

La direction de l'école a contacté tôt jeudi matin la direction de la santé publique qui a demandé de regrouper les élèves et d'appeler les parents pour les isoler à la maison. 

«Nous avons attendu jusqu’à 13 heures avant d’appeler les parents parce qu’il y avait d’autres personnes de la santé publique qui auraient dû nous appeler. Nous sommes rendus à 15h, et c’est impossible de les joindre, on tombe dans des boîtes vocales. On est plus capables de rejoindre personne», a fait savoir Chantal Dubé, directrice au Collège Français Annexe Secondaire Longueuil.

Elle juge que la santé publique doit être beaucoup plus proactive lorsqu'un cas est déclaré dans une école. 

La santé publique a fait savoir plus tard en journée que tous les élèves, sauf l'enfant dont le père testé positif, pourront réintégrer l'école dès vendredi. 

Questionné au sujet de l’événement, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a indiqué qu’il souhaitait voir les familles informées rapidement de la suite des choses par les autorités. 

«Moi je m’attends à ce que aujourd’hui, ce soir, toutes les familles de cette classe reçoivent une communication à savoir s’ils doivent se faire tester ou pas, revenir à l’école demain ou pas. Ça appartient à la santé publique, de concert avec l’école», a-t-il expliqué sur les ondes de LCN en après-midi jeudi. 

 «Ce jeune-là est dans une bulle, mais ça se peut qu’il ait été en contact rapproché seulement avec cinq, six, sept autres élèves», a-t-il ajouté. 

Réaction de Dr Horacio Arruda             

Mis au fait de l’événement au Collège français de Longueuil, le directeur national de la santé publique Horacio Arruda s’est dit surpris de la façon de faire, tout en soulignant qu'il n'était pas au faits des détails de l'événement. 

Il croit que la réaction expéditive de la direction l’a certainement été par prudence, mais qu’il ne s’agissait pas de la façon de faire. «Les gens ont peut-être eu une réaction de prudence», a-t-il expliqué. 

«Je ne voudrais pas que les gens pensent que ça va se passer comme ça chaque fois qu’il va y avoir un cas, particulièrement un cas qui n’est pas dans l’école, mais qui est un parent dans la communauté, qu’on va arrêter l’éducation», a-t-il fait savoir en point de presse, en soulignant qu’il y aura des éclosions dans les écoles. 

Il précise que les parents doivent plutôt recevoir une communication écrite de l’école ou de la santé publique leur demandant notamment de garder les enfants à la maison, de les faire tester. Un protocole très strict doit être suivi, conclut-il. 

François Legault questionné  

Seul l’enfant dont le père est atteint de COVID-19 aurait dû être retourné à la maison, et non pas tous les élèves, a déclaré François Legault de passage à Thetford Mines. 

Dans la même catégorie