/sports/homepage

La boxe pro obtient le feu vert

Mathieu Boulay | Agence QMI

Série boxe CHRONO AVIATION

Photo d'archives, Martin Chevalier

L’attente est terminée pour la boxe professionnelle. Le promoteur Camille Estephan a obtenu le feu vert de la santé publique pour présenter un ou des galas sur le territoire québécois selon ce que le Journal de Montréal a appris vendredi.

Une annonce officielle sera effectuée par la santé publique et le gouvernement de François Legault au courant de la semaine prochaine

Selon nos informations, le patron d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) a reçu des directives claires à partir du deuxième plan qu’il a soumis aux médecins Horacio Arruda et Richard Massé il y a quelques semaines.

La première est la surprenante. Estephan pourra accueillir une foule de 250 spectateurs pour son premier événement. Depuis le début de ses démarches, l’homme d’affaires avait poussé très fort pour tenir des galas à huis clos dans un hôtel dans une des régions du Québec.

Ce qui signifie qu’EOTTM pourrait être le premier groupe de promotion au monde à pouvoir accueillir des spectateurs lors d’une soirée de boxe. C’est un revirement de situation majeur dans les circonstances surtout que les premiers matchs de la prochaine saison de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) seront présentés à huis clos.

Au niveau des tests pour la COVID-19, on ne connait pas encore le nombre de tests nécessaires avant, pendant et après l’événement. Toutefois, on peut se douter que les boxeurs en auront au moins trois par mesure préventive.

Une nouvelle condition a été ajoutée par la santé publique. Les boxeurs devront se soumettre à une quarantaine obligatoire de 10 jours après le gala. Comme on le sait, la quarantaine a été réduite de 14 à 10 jours par les autorités jeudi.

Dans les prochains jours, EOTTM réglera les derniers détails du retour de la boxe professionnelle au Québec avec la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ).

Pour Estephan, c’est une belle victoire après plusieurs mois de démarches avec son avocat Anthony Rudman. Durant cette bataille, il s’est buté à plusieurs refus de la part de la santé publique. On peut penser qu’il avait le sourire aux lèvres après avoir appris la nouvelle et on peut très bien le comprendre.

Une date visée

Estephan aimerait présenter un gala assez rapidement. Il viserait la date du 26 septembre à un endroit qui n’est pas encore déterminé.

Il aimerait sortir ses gros canons dès le premier événement. EOTTM aurait déjà une carte de quatre combats à proposer aux amateurs. David Lemieux, Arslanbek Makhmudov, Simon Kean et Lexson Mathieu devraient être les têtes d’affiche de cette soirée.

Il n’est pas exclu qu’Estephan ajoute deux ou trois combats à cette courte liste. Toutefois, il est limité pour trouver des adversaires à ses protégés parce que les frontières canadiennes sont toujours fermées avec les États-Unis.

De plus, EOTTM aimerait présenter un mini-tournoi chez les 140 lb avec Mathieu Germain, David Théroux, Steeve Claggett et Yves Ulysse fils. Le gagnant obtiendrait deux titres mineurs de la WBC. Cette idée n’est pas nouvelle parce qu’Estephan a déjà parlé d’un tournoi de six pugilistes dans la même catégorie il y a quelques mois.

Et les sports de combat ?

Cependant, malgré cette bonne nouvelle, on ne connait toujours pas le sort réservé aux sports de combat chez les amateurs. Les fédérations de judo, de boxe olympique, taekwondo et de karaté n’ont pas encore eu de nouvelle au sujet du déconfinement de leurs activités.

En date de vendredi, elles devaient se concentrer sur des entraînements sans contact dans leurs gymnases respectifs. Toutefois, le compteur tourne et plusieurs gymnases sont menacés de fermeture si les sports de combat n’obtiennent pas le feu vert dans les prochains jours.

Dans la décision de la santé publique remise à EOTTM, il y a une consigne au sujet des entraînements. Les boxeurs doivent notamment limiter le nombre de partenaires d’entraînement qu’ils utilisent dans leur préparation. Bien sûr, ils doivent respecter les règles sanitaires avant et après leurs séances.

Est-ce que c’est le signe que les fédérations de sports de combat recevront aussi une bonne nouvelle ? Il faut le souhaiter.