/news/politics

«On ne saura pas qu’il traite sa syphilis»

TVA Nouvelles

De nombreux Québécois se montrent préoccupés par la vente de leurs données médicales aux compagnies pharmaceutiques. D’autres y voient une avancée de la science qui mettrait à profit ces informations personnelles dans le but de développer de nouveaux médicaments. Richard Martineau a aussi son idée sur la question. 

• À lire aussi: La «vente» des données de santé déjà amorcée

• À lire aussi: Des données médicales de la RAMQ dans la mire des biotechs

«On parle de mégadonnées. On ne saura pas que monsieur Dorval de la 3e Avenue prend un médicament pour traiter sa syphilis. Ce n’est pas ça», formule notre chroniqueur. 

Dans son édition de ce matin, le Journal de Montréal nous révèle que le ministère de l’Économie finance déjà des projets visant à «exploiter» les données de santé des Québécois avec des multinationales pharmaceutiques. 

«Le ministre Pierre Fitzgibbon fait preuve d’un manque de transparence comme nous l’apprend le Bureau d’enquête. Ça fait deux ans que l’on monnaye nos mégadonnées via un organisme sans but lucratif sur lequel siège un membre de la famille Desmarais. Pourquoi M. Fitzgibbon ne le dit pas clairement?» se questionne Richard Martineau. 

*** Voyez l’intégrale de la chronique de Richard Martineau dans la vidéo ci-haut