/news/coronavirus

Pandémie oblige, des snowbirds coincés au Québec

La fermeture des frontières et l’ampleur de la pandémie forcent des snowbirds à passer l’hiver au Québec et à s’équiper en conséquence.

• À lire aussi: Floride : un hiver au Québec qui risque d’être compliqué pour les snowbirds

• À lire aussi: Seuls deux assureurs couvrent la COVID-19 pour les voyageurs

Robert Demers et Noella Martel passent six mois par année dans un véhicule récréatif à sillonner le sud des États-Unis. 

«C’est notre bébé!», s’exclame M. Demers, en présentant les lieux à notre journaliste.

Cette année, le couple a mis en vente leur véhicule récréatif motorisé (VR) et s’est loué un chalet.

«On ne sait pas encore pour l'hiver prochain. Est-ce que ça va être prolongé? Est-ce que ça va être la COVID ou ça va être autre chose? On vieillit tous les deux. On n'est pas à l'abri de tomber malade et que les deux soient obligés de revenir au Québec, même l'hiver», explique Robert Demers à TVA Nouvelles.

Judith Lessard, une autre snowbird, vit la même situation.

«Disons que j'aimerais mieux avoir les pieds dans le sable que les pieds dans la neige, considérant que là, c'est l'achat de pneus d'hiver, la location d'un endroit pour rester et tout ce qui s'en suit», soutient la femme.

«Ma vraie demeure est en Floride, et ce, depuis 2011. Dès que les frontières sont ouvertes, c'est sûr que dans deux ou trois jours, on est partis», ajoute Judith Lessard.

Daniel Dumont, quant à lui, n'a pas l'intention de passer l'hiver ici. Le snowbird compte retourner dans le sud, en avion s'il le faut. 

«Tu sais, passer ta journée à la maison, quand on a une grande maison et tout ça et à l'extérieur on a un grand terrain, c'est plus plaisant de la passer ici dans la neige. Quand tu es jeune, faire de la motoneige, c'est plaisant, mais là, on a oublié ça. Avec les années, on est vraiment frileux», soutient-il. 

La frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis est fermée pour tous voyages non essentiels jusqu'au 21 septembre. Les voyageurs qui enfreindraient les directives d'Ottawa pourraient avoir de la difficulté à obtenir une assurance-santé. 

«Il y a deux compagnies d'assurances qui se sont prononcées officiellement. D'abord, la compagnie Medipac et la Croix bleue du Québec et de l’Ontario qui vont offrir une couverture en cas de COVID-19», explique Marie Poupart, journaliste pour La Floride de Marie.

À moins que la situation ne s'améliore, plusieurs snowbirds québécois n'auront d'autre choix que d'attendre et d'espérer une réouverture de la frontière canado-américaine. 

-Avec les informations de Raphaël Beaumont-Drouin

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.