/regional/quebec/quebec

Au moins trois clients contaminés sont allés au bar La Gamelle à Québec malgré les avertissements

Au moins un autre bar de Québec est touché par la COVID-19 après avoir reçu la visite de clients contaminés qui sont à l'origine de l'éclosion au bar Kirouac, dans la Basse-Ville de Québec, et qui auraient menti pour pénétrer dans l'établissement.

• À lire aussi: Plus d’une cinquantaine de cas liés au bar Kirouac à Québec, trois écoles touchées

• À lire aussi: Éclosion de COVID-19: «Les gens viennent dans un bar pour se divertir»

Les propriétaires du bar La Gamelle, qui ont reçu la visite de deux clients déclarés positifs à la COVID-19, viennent d’apprendre qu’une troisième personne, qui se trouvait en leur compagnie dans leur commerce, a également reçu un résultat positif mercredi matin.

L’une des propriétaires, Geneviève Tremblay, admet vivre des heures d’angoisse après avoir été mise au courant du manque de vigilance de ces clients qui se sont présentés à son bar la fin de semaine dernière.

«Plus ça avance, plus j’apprends des choses, plus ça me décourage. L’un des clients concernés avait un gros rhume ainsi que des symptômes et il a été assez niaiseux et malhonnête de continuer à se promener dans les bars», déplore-t-elle.

Les clients concernés, des habitués du bar Le Kirouac, se sont rendus au bar La Gamelle, malgré les avertissements faits à cette clientèle, de ne pas se présenter.

«On a toujours très bien suivi les règles sanitaires et on a eu ces “jos blo” là qui se sont présentés et qui causent la perte de mes économies en ce moment», laisse-t-elle tomber.

Les deux propriétaires et tous les employés du bar La Gamelle ont passé des tests de dépistage. Mme Tremblay confirme qu’elle et son associé n’ont pas été contaminés. 

Dimanche, la direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale a confirmé une éclosion au bar Kirouac, dans la Basse-Ville de Québec. On mentionnait que 17 individus avaient contracté la COVID-19, possiblement dans la soirée de karaoké du 23 août. Ce nombre dépasse maintenant la trentaine de personnes.

Fini le karaoké  

Mme Tremblay tient à préciser qu’il n’y a plus aucune activité de karaoké au bar La Gamelle depuis le déconfinement.

«C’est impossible de désinfecter les micros», fait-elle valoir.

Elle s’est fait un devoir de contacter plusieurs autres tenanciers de la région dont elle avait la certitude qu’ils avaient reçu la visite des clients contaminés.

C’est le cas du Bistro Vanier, qui a décidé de fermer jusqu’au 10 septembre.

«Je trouve ça plate, mais je m’y attendais. Je suis même surpris que ça ne soit pas arrivé avant. Les gens sont insouciants, ils font plus ou moins attention et, plus ça avance, pire c’est», laisse tomber Yvon Gravel, le propriétaire.

Toutefois, l’homme ne croit pas que les activités de karaoké soient à l’origine des contaminations.

«Quand nous avons rouvert, après le confinement, on a repris le karaoké. On désinfecte le micro entre chaque chanteur et on n’a jamais eu de problème. Je crois surtout que c’est au niveau des rapprochements, le problème», termine-t-il.

Mercredi, le directeur de la santé publique par intérim de Québec, le Dr Jacques Girard, a indiqué évaluer les possibilités d’interdire les karaokés. 

«Le chant, le fait de crier fort, ce sont des éléments qui mettent le milieu dans lequel ça se déroule fortement à risque, fait-il valoir. Actuellement, c’est au choix des propriétaires. Mais on commence à se poser la question : si on veut vraiment protéger la population, bien va falloir être extrêmement stricts sur les aménagements physiques, si on ne l’interdit pas [le karaoké].» 

En après-midi, mercredi, c’était au tour du bar La Souche du secteur Limoilou d’être touché par la COVID-19, alors qu’un employé a été testé positif. Le bar du chemin de la Canardière est fermé pour une période indéterminée. 

- avec la collaboration de Jérémy Bernier