/news/coronavirus

Legault envisage un reconfinement par région

Marc-André Gagnon | Bureau parlementaire

Le premier ministre François Legault, qui exclut pour l’instant de fermer des bars et d’interdire le karaoké, confirme son intention de procéder à un reconfinement par région et même par sous-région advenant qu’une deuxième vague se confirme. 

• À lire aussi: 187 nouveaux cas et trois décès de plus au Québec

«Pour l’instant, il n’est pas question de confinement dans aucune région du Québec», a assuré d’entrée de jeu le premier ministre, lors d’un point de presse à Saint-Raymond, dans la MRC de Portneuf, jeudi avant-midi. 

Mais s’il fallait que les importantes hausses de cas observées depuis quelques jours se poursuivent et mènent à une deuxième vague, Québec est déjà fixé sur sa façon de procéder. 

«Si jamais on se rendait-là, [...] ça se ferait par région, je dirais même par sous-région», a confirmé M. Legault. 

Dans l’attente, la santé publique continuera de tester «de façon beaucoup plus importantes» dans chaque région afin d’être en mesure de localiser plus précisément les éclosions. 

Karaoké    

Le premier ministre a également écarté la possibilité d'interdire, à ce moment-ci, les activités de karaoké comme celle ayant eu lieu dans un bar du quartier Saint-Sauveur, qui a mené à l’explosion d’une cinquantaine de cas à Québec.

Il considère que la majorité des bars respectent les directives de santé publique. 

«On a donné la permission aux bars de réouvrir, incluant les karaokés, est-ce qu’on doit revenir sur cette décision-là? Pour l’instant non. Mais éventuellement, il ne faut pas l’exclure», a dit M. Legault. 

«On n’est pas à l’étape de dire : on va tout fermer les karaokés ou tout fermer les bars parce qu’il y en a quelques-uns qui ne suivent pas les consignes», a-t-il ajouté. 

Il a toutefois demandé à la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbaut, de trouver de façons de punir plus sévèrement tant les établissements qui ne respectent pas les règles, que les individus symptomatiques qui refusent de s’isoler en attendant le résultat de leur test. 

Des amendes plus salées    

«La grande majorité des Québécois suivent les consignes, a souligné le premier ministre, mais pour les quelques récalcitrants, Mme Guilbault va regarder qu’est-ce qu’on est capable de faire.» 

Interrogée à ce sujet lors d’une autre mêlée de presse, Mme Guilbault a rappelé qu’il appartient aux tenanciers de bars d’assurer le respect des règles auprès de leur clientèle. 

«Si on doit se remettre à donner des amendes, on va le faire», a-t-elle prévenu, en renvoyant cependant les questions au sujet du karaoké à la santé publique.

- Avec la collaboration de Stéphanie Martin

Dans la même catégorie