/news/currentevents

La SQ enquête sur des menaces contre François Legault

LE JOURNAL DE QUEBEC

La Sûreté du Québec enquête sur des menaces tenues sur les réseaux sociaux à l'encontre d'un «membre de l'Assemblée nationale» qui ne serait nul autre que le premier ministre François Legault.

• À lire aussi: «Mauvaise collecte des données» dans la réaction canadienne initiale face à la COVID-19, disent des experts

• À lire aussi: Manifestation anti-masque : le SPVQ justifie sa non-intervention

«Vous êtes nombreux à signaler des propos menaçants tenus dans un fil de discussion Facebook à l'endroit d'un élu de l'Assemblée nationale. Nous sommes au fait de la situation et des actions appropriées seront prises», a indiqué le directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, sur son compte Twitter dimanche après-midi.

La SQ n'a pas confirmé l'identité de la personne visée, mais selon des informations obtenues par l'Agence QMI, l'élu ciblé par ces menaces signalées serait le premier ministre François Legault.

«Les propos menaçants sont toujours pris au sérieux, peu importe leur provenance», a tenu à rappeler le sergent Stéphane Tremblay, porte-parole de la SQ.

Le bureau du premier ministre a confirmé l'information, tout en se montrant avare de détails. «La SQ a effectivement été mise au fait des publications. Nous ne ferons aucun commentaire pour ne pas nuire au travail des policiers», a indiqué l'attaché de presse de François Legault, Ewan Sauves.

Anglade à la défense de Legault

Dominique Anglade, leader de l’opposition officielle au sein du Parti libéral, a condamné les propos proférés à l'intention du premier ministre dans une publication sur Twitter.

«Jamais nous ne devons rester silencieux lorsque de tels propos émergent sur les réseaux sociaux», a-t-elle écrit. Il est de notre devoir de dénoncer aux autorités ces gestes. Personne ne mérite cette situation.

Le professeur de philosophie Xavier Camus, très actif sur les réseaux sociaux, a publié samedi une série de messages glanés sur des pages Facebook de groupes conspirationnistes remontant à la fin de la dernière semaine. Dans ces messages, certains internautes expriment publiquement qu'ils souhaitent la mort de M. Legault.