/news/politics

Une enquête réclamée à propos de la chef de cabinet de Trudeau et de son mari

Agence QMI

La cheffe de cabinet de Justin Trudeau, Katie Telford, a comparu jeudi, le 30 juillet 2020, devant le Comité permanent des finances qui se penche sur l’affaire We Charity. 
CAPTURE D'ÉCRAN

CAPTURE D'ÉCRAN

La cheffe de cabinet de Justin Trudeau, Katie Telford, a comparu jeudi, le 30 juillet 2020, devant le Comité permanent des finances qui se penche sur l’affaire We Charity. CAPTURE D'ÉCRAN

En plus de l’affaire WE Charity, les conservateurs demandent au commissaire à l’éthique de mener une nouvelle enquête pour conflit d’intérêts, cette fois pour une histoire impliquant la chef de cabinet du premier ministre Trudeau, Katie Telford.

• À lire aussi: Affaire WE Charity: le NPD demande la démission de la ministre Bardish Chagger

• À lire aussi: Les conservateurs exigent des documents à WE Charity

En pleine controverse WE Charity, cette affaire était jusqu’ici passée plutôt inaperçue, surtout au Québec, mais les conservateurs n’avaient visiblement pas l’intention qu’elle sombre dans l’oubli.

Dimanche, les députés Pierre Poilievre et Michael Barrett ont écrit au commissaire à l’éthique afin qu’il se penche sur le cas du mari de Mme Telford, Rob Silver, qui aurait profité d’un traitement de faveur, à leur avis.

Le média électronique «Vice» avait initialement rapporté à la fin août que M. Silver avait été particulièrement insistant auprès du gouvernement pour que soient modifiées certaines dispositions de la Subvention salariale d’urgence afin d’en faire profiter l’entreprise pour laquelle il travaille, MCAP.

Cette compagnie de prêts hypothécaires appartient à 75 % à la Caisse de dépôt et placement du Québec et n’était donc pas admissible à cette subvention mise en place par le gouvernement fédéral pendant la pandémie pour aider les entreprises à passer au travers.

Traitement de faveur 

Le cabinet du ministre des Finances de l’époque, Bill Morneau, avait refusé les doléances de M. Silver, mais celui-ci se serait ensuite adressé à Mike McNair, un conseiller au cabinet du premier ministre, qui a été embauché par la femme de Rob Silver, Katie Telford.

M. McNeir aurait demandé au bureau de Bill Morneau d’entendre à nouveau la cause de M. Silver.

Selon les conservateurs, il s’agissait d’une «directive codée» pour que le ministère des Finances change son fusil d’épaule.

«En écoutant les demandes de M. Silver, en le renvoyant au bureau de M.Morneau et en ordonnant au personnel de M. Morneau de parler à M. Silver, M. McNair, à notre avis, a accordé un traitement de faveur à M. Silver», peut-on lire dans la lettre adressée au commissaire à l’éthique.

Retour d’ascenseur 

L’Opposition officielle n’a pas manqué de souligner que Mike McNair était curieusement bénévole au moment où cela est arrivé. Son contrat avec le bureau du premier ministre s’était terminé en janvier et il a été réembauché en bonne et due forme en juin, après qu’il eut renvoyé le mari de sa patronne au cabinet du ministre des Finances de l’époque.

M. McNair pourrait avoir bénéficié d’un retour d’ascenseur, ont laissé entendre les conservateurs.

«Mme Telford, à titre de superviseure de M. McNair, pouvait exercer un pouvoir décisionnel sur son éventuel réemploi», est-il mentionné dans leur lettre.

Ce n’est pas la première fois que les partis d’opposition soulèvent des questions d’éthique entourant les activités professionnelles de l’époux de la chef de cabinet de Justin Trudeau.

Du côté du bureau du premier ministre, on a toujours indiqué qu’il y a une séparation étanche entre la vie privée et les activités professionnelles du couple Telford-Silver.

Le cabinet du premier ministre assure avoir consulté le commissaire à l’éthique lorsque Rob Silver a pris ses fonctions chez MCAP. Le commissaire aurait alors indiqué que Mme Telford n’avait pas besoin de prendre davantage de précautions.