/news/coronavirus

En pleine pandémie, un énorme party sur l’eau réunit des centaines de bateaux

La pandémie n’a pas empêché des centaines de citoyens de se retrouver sur l’eau pour fêter, samedi, au grand dam du maire de Sainte-Anne-de-Sorel, en Montérégie.

• À lire aussi: Un long week-end déterminant pour la deuxième vague

• À lire aussi: Informer le public sur la COVID, le «défi» du gouvernement

• À lire aussi: Le gouvernement resserrera-t-il les mesures sanitaires dès demain?

Les images prises par drone ne mentent pas: des centaines de petites embarcations flottaient dans la baie de l’île de Grâce. Par endroits, des dizaines de bateaux étaient collés les uns aux autres.

Le «rassemblement de la Baie de l’Île de Grâce» a lieu à chaque année et au début du mois de juillet, il devait avoir lieu comme prévu. 

«J’ai demandé aux organisateurs de ne pas donner le party et on m’a dit qu’il n’y en aurait pas», explique Michel Péloquin, maire de Sainte-Anne-de-Sorel, à la caméra de TVA Nouvelles. «Semblerait-il que le party a eu lieu quand même de façon non officielle, de manière spontanée», ajoute-t-il.

M. Péloquin évalue qu’il y avait entre 400 et 500 bateaux sur l’eau.

«Si on fait une moyenne de 3 personnes par bateau, ça fait une moyenne de 1200 à 1500 personnes», estime-t-il. 

«J’étais déçu comme j’avais demandé que ça n’ait pas lieu. (...) Tant qu’on n’aura pas trouvé de solution au problème de la COVID-19, je pense qu’on doit s’abstenir de tenir de tels rassemblements», déplore le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, en soulignant au passage son inquiétude liée à la récente hausse de cas dans la province. 

Au cours des trois éditions précédentes, la Sûreté du Québec était présente à la demande de M. Péloquin pour s’assurer de la sécurité des plaisanciers.