/news/coronavirus

Ne soyez pas complaisants, dit la santé publique du Canada

Émilie Bergeron | Agence QMI

La santé publique du Canada signale que le moment n’est pas à la «complaisance» et s’avoue préoccupée par la hausse de cas de COVID-19 recensée ces derniers jours.

• À lire aussi: COVID-19: une pandémie en congé

• À lire aussi: La santé publique du Canada conseille le port du masque lors de relations sexuelles

«Ce n’est pas le moment pour la complaisance. Pour réduire le taux de transmission dans les communautés, il importe de maintenir nos mesures de santé publique telles que le lavage de mains fréquent, la distanciation physique et le port du masque», a déclaré le Dr Howad Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique, mardi, en point de presse à Ottawa.

Sa collègue la Dre Theresa Tam s’est dite inquiète par les bilans quotidiens en augmentation, soulignant que les éclosions dans les écoles qui rouvrent reflètent la propagation, au sens plus large, dans les collectivités.

«Je crois que cette semaine sera une semaine critique, de même que la prochaine parce nous aurons alors une idée de ce qui se passe avec le retour à l’école», a dit l’administratrice en chef en invitant les Canadiens à la prudence et à la vigilance.

Mardi était jour de rentrée dans bien des provinces canadiennes. Au Québec, le retour en classe a commencé depuis la fin août.

La Dre Tam a en outre souligné que le taux de reproduction national de la COVID-19, qui détermine à combien de personnes un malade transmet le virus, a dépassé la valeur cible de 1. «Cela veut dire qu'une personne le transmet à plus d'une autre. Ce n’est pas bon signe et ça doit être surveillé attentivement», a-t-elle dit en notant que ce taux a connu plusieurs fluctuations.