/finance/homepage

Un ancien ministre à la rescousse de Transat

Sylvain Larocque | Journal de Montréal

Excédée par les restrictions gouvernementales, Transat a récemment enrôlé l’ancien ministre Raymond Bachand comme lobbyiste pour qu’il fasse pression sur Québec.

• À lire aussi: Transat bonifiera son offre cet hiver

• À lire aussi: Transport aérien: un retour à la normale de plus en plus lointain

• À lire aussi: Des Québécois sondés sur la vente de Transat... en anglais seulement!

« Dans un contexte où le Canada se singularise par des restrictions aux voyages importantes et l’absence d’aide sectorielle pour l’aviation, nous avons inscrit quatre membres de notre conseil d’administration, dont Raymond Bachand, au registre des lobbyistes pour soutenir nos efforts de sensibilisation des gouvernants », a indiqué au Journal un porte-parole de l’entreprise, Christophe Hennebelle.

M. Bachand a été ministre dans le gouvernement Charest de 2006 à 2012. Il siège au conseil de Transat depuis 2014.

Les autres administrateurs de Transat qui jouent les lobbyistes sont Philippe Sureau, l’un des cofondateurs de l’entreprise, Jacques Simoneau, un ancien de la BDC, et Jean-Yves Leblanc, un ex-dirigeant de Bombardier Transport. 

Les démarches de Transat ciblent le premier ministre François Legault et quatre ministres du gouvernement.

Transat a complètement interrompu ses activités du 1er avril au 22 juillet. Peu de temps après avoir repris les airs, l’entreprise a annoncé l’annulation de tous ses vols hivernaux entre l’Ouest canadien et les destinations soleil.

Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), en juillet, la demande mondiale était encore inférieure de 80 % à celle du même mois de 2019.

Quarantaine honnie  

Les transporteurs canadiens en ont particulièrement contre l’obligation imposée aux voyageurs qui entrent au pays après un voyage international de respecter une quarantaine de 14 jours.

Air Canada s’active aussi. En juin, elle a inscrit un mandat de lobbyisme visant à sensibiliser Québec « à l’impact sur l’industrie du transport aérien des restrictions gouvernementales de voyage ». 

Le géant des airs souhaite que ces restrictions « soient assouplies de façon progressive et ciblées pour permettre la reprise sécuritaire des déplacements aériens ».

Transat et Air Canada ont également multiplié les contacts à Ottawa. Depuis le début de la pandémie, le PDG d’Air Canada, Calin Rovinescu, a eu 13 communications avec des ministres fédéraux, tandis que celui de Transat, Jean-Marc Eustache, en a eu neuf. Les deux dirigeants ont échangé avec le premier ministre Justin Trudeau en mars.