/news/politics

Bill Morneau a violé la Loi électorale

Anne Caroline Desplanques | Journal de Montréal

L’ex-ministre des Finances Bill Morneau a violé la Loi électorale au cours de l’été 2019, utilisant son budget ministériel et son statut au sein du gouvernement pour faire la promotion de deux candidates libérales dans deux circonscriptions ontariennes.

L’ex-ministre millionnaire a été condamné à une amende de 300$. L’association libérale de sa circonscription électorale a pour sa part versé 1661$ au receveur général du Canada afin de rembourser les fonds publics dépensés lors des deux évènements incriminants.

En juillet et en août 2019, Bill Morneau a participé à deux évènements à Oakville et dans le secteur de Caledon, deux circonscriptions du Grand Toronto, où se présentaient les candidates libérales Anita Anand et Michèle Fisher.

Devant la chambre de commerce d’Oakville, il a par exemple dit de Mme Anand, «lorsqu'une telle personne décide de s'engager dans la vie publique – munie de grandes réalisations dans le secteur privé – je crois qu'il est important que nous l'appuyions et l'encouragions».

«Ces remarques ont conféré un avantage partisan à Mme Anand et aux chances de réussite du PLC dans la circonscription électorale d'Oakville», estime le Commissaire aux élections fédérales. Anita Anand a par la suite été élue députée libérale et nommée Ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, tandis que Mme Fisher a été battue par le conservateur Kyle Seeback.

Le Commissaire rappelle qu’«il est interdit aux ministres d'utiliser les ressources publiques ou les fonds de leurs budgets ministériels à des fins partisanes».

WE Charity  

Bill Morneau a démissionné de ses postes de ministre et de député de Toronto-Centre le 17 août, après des semaines de controverse dans l’affaire WE Charity.

L’organisme qui a offert des voyages à la famille du ministre et employé une de ses filles s’est vu accorder de multiples contrats fédéraux sous la gouverne de M.Morneau, y compris la gestion de près d’un milliard de $ en bourses pour le bénévolat étudiant.

WE Charity a annoncé hier mettre un terme à l’ensemble de ses activités au Canada. Éclaboussé par le scandale qui le lie au gouvernement fédéral, l’organisme torontois se replie sur ses bureaux aux États-Unis, au Royaume-Unis et dans les pays en développement.