/news/coronavirus

«C'est le temps de sévir auprès des irresponsables»

À compter de samedi, les citoyens «irresponsables» qui refusent de porter le masque dans les lieux intérieurs publics seront mis à l’amende, a annoncé le premier ministre François Legault.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Alerte COVID: plusieurs régions déjà au palier jaune

• À lire aussi: Montréal bientôt en zone jaune?

 « Encore aujourd’hui, il y a une écrasante majorité qui suit les consignes, mais malheureusement, il y a une petite minorité de gens qui ne suivent pas les consignes », a déclaré d’entrée de jeu le premier ministre, lors d’un point de presse, jeudi matin.  

« Ces gens-là mettent à risque la santé des personnes plus âgées, des personnes plus vulnérables, puis elles mettent à risque aussi notre réseau de la santé », a-t-il poursuivi.  

« On ne peut pas accepter quelques individus irresponsables mettent à risque toute notre société au Québec. [...] Je pense que c’est le temps de sévir », a signalé M. Legault. 

De 400 $ à 6000 $       

Le Conseil des ministres se réunira ainsi de façon exceptionnelle, en marge du caucus présessionnel de l’aile parlementaire gouvernementale qui se déroule aujourd’hui et demain, pour mieux outiller les policiers. Ces derniers auront la possibilité, dès ce weekend, de remettre des constats d'infraction directement aux individus récalcitrants, plutôt qu'aux commerçants, comme c'est le cas actuellement.

Le barème officiel des amendes sera dévoilé après son adoption. « Ce qui est regardé pour le moment ce serait possiblement à partir de 400 $ et (jusqu’à) 6000 $ », a précisé la vice-première ministre Geneviève Guilbault, en entrevue avec Mario Dumont, sur LCN. 

« Le but, c'est que les amendes découragent, effectivement, les gens à ne pas respecter les consignes », a indiqué de son côté François Legault. 

Les policiers plus sévères en zone jaune       

La ministre de la Sécurité publique travaille en ce moment à peaufiner avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) le cadre juridique entourant l'imposition de ces constats d’infraction. M. Legault tient notamment à ce qu'ils soient difficiles à contester.  

Le règlement spécial s’appliquera sur tout le territoire du Québec, mais le gouvernement demandera aux différents corps policiers de concentrer leurs efforts « surtout dans les zones jaunes », a souligné le premier ministre.  

Une flèche envers les complotistes       

En réponse à une question en anglais, M. Legault a décoché une flèche contre les complotistes, dont plusieurs nient l’existence de la pandémie. « Certains pensent même qu’Elvis est encore en vie », a ironisé le premier ministre, en laissant comprendre qu’il ne peut rien pour eux. Reste qu’il « est temps de sévir », a-t-il répété. 

« C'est toujours un peu exaspérant de constater les propos de certaines personnes dans ces mouvements-là, a commenté à son tour Mme Guilbault. Parce que faut-il le rappeler, la COVID, ce n'est pas une invention, ce n'est pas un complot d'un gouvernement, ce n'est pas une lubie, ce n'est pas notre imagination : c'est un virus qui rôde, qui est encore présent. On le voit : le nombre de cas a recommencé à augmenter. » 

Comme le règlement à venir s’appliquera uniquement dans les lieux publics intérieurs, les manifestants antimasques qui se sont réunis à l’extérieur à quelques reprises au cours de l’été ne seront pas visés. 

« Je veux être très clair: les amendes qu'on va donner, c'est pour les personnes qui ne portent pas de masque dans les lieux publics à l'intérieur. Donc, s'il y a une manifestation à l'extérieur, le règlement dont on parle ici ne s'applique pas », a reconnu le premier ministre. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.